La loi des séries

Plusieurs jours riches en évènements se sont déroulés depuis notre dernier article.

14 juillet 2015 – Emirdag – Eskishhir – 115 km

Après Ermidag nous quittons les petites routes et réempruntons une 4 voies, seule route qui s’offre à nous. Fini le goudron mais aussi le calme bucolique de la campagne, retour aux camions et voitures. Nous arrivons sans encombre à Eskishehir, ville animée et vivante dont le centre possède un certain charme grâce à des rues piétonnes, de longues allées vertes et surtout une animation festive impressionnante en ces derniers jours de ramadan.

Les plats sont sur les tables, les gens attendent l’appel du muezzin sonnant l’heure du coucher du soleil pour commencer à manger. Une demi-heure après, les restaurants se vident, et à l’heure où nous arrivons il faut racler les fins de plat pour trouver à manger.

 2015-07-14 Emirdag - Eskisehir 001

15 et 16 juillet – Eskishehir – Pazaryeri – Inegöl – 90km

Nous reprenons la route en direction de Bursa, grosse métropole dont on nous a averti que la traversée dans la circulation serait rude. La circulation est dense et la 4 voies serpente dans une large vallée verte, encadrée de montagnes qui portent encore des névés. Nous la quittons pour un itinéraire secondaire parallèle qui passe sur le contrefort montagneux, préférant les côtes aux camions. Nous découvrons la région où est cultivé le houblon et brassée la bière turque EFES, dont l’enseigne porte mystérieusement la mention Tarbes. Nous le prenons comme un message à notre encontre et comprenons bien que l’EFES s’adresse à nous.

2015-07-15 eskishehir - Pazaryeri 004 2015-07-15 eskishehir - Pazaryeri 007A Pazaryeri, première petite ville rencontrée sur cette petite route très agréable, la roue arrière du vélo de Yannick crève (c’est celle qui comporte le moteur) et il constate en démontant sa roue que sa jante est déchirée sur le flan. Est-ce la cause de la crevaison ? Probable, mais nous décidons quand même de repartir après avoir changé la chambre à air. 10 km plus loin, nouvelle crevaison et la jante est encore plus en train de se démanteler. Il nous reste une chambre à air que Yannick Mac Gyver monte en mettant du scotch américain à l’intérieur de la jante pour protéger un temps d’une nouvelle crevaison. Nous faisons machine arrière pour revenir à Pazaryeri chercher de l’aide, avec prudence pour que la jante et la chambre à air tiennent jusque là. Ouf, nous arrivons tout juste à faire ces 10 km. Pazaryeri ne comporte que 6000 habitants mais on y trouve toute une infrastructure : un hôtel, une gare routière très bien desservie, des taxis, des commerces, et même un atelier de vélos, mais qui n’a pas la jante qu’il nous faudrait. Nous nous posons à l’hôtel et grâce au Wi-Fi nous contactons Murat Subayamatz, ange gardien turc du Sun Trip, président de la fédération de cyclisme turque, toujours prêt à faire jouer son riche réseau de contacts pour aider les Sun trippers qu’il considère comme ses invités. En deux heures, Murat a contacté un magasin de vélos à Bursa, première grosse ville située à 90 km, et s’est assuré qu’il pourrait nous fournir une nouvelle jante, la rayonner sur le moteur, et ce dès le lendemain matin alors que nous entrons en pleines fêtes de fin du ramadan (bayran) avec trois jours fériés à venir. Nous trouvons sur place tout un réseau de bus très bien organisé et dès le lendemain matin à 6 h, nous partons en bus à Bursa et arrivons à la boutique dès son ouverture. A 11h nous la quittons avec une nouvelle roue et nous pouvons repartir dans l’après-midi de Pazaryeri avec l’intention de rejoindre Bursa.

5 km après Pazaryeri, c’est maintenant le moteur de Yannick qui s’arrête. Nouvelle galère, nous n’arriverons donc pas à décoller de cet endroit ? Après quelques frayeurs, nous diagnostiquons finalement un simple faux contact sur un connecteur que nous ne pouvons pas changer à l’identique, mais Mac Gyver a toujours sur lui un domino pour refaire une connexion électrique et nous pouvons enfin repartir une heure après.

2015-07-15 eskishehir - Pazaryeri 012

Thomas Pollet (le méchant qui a avoué avoir mis du goudron sur notre route pour se venger que nous ayons saboté son moteur) nous signale qu’il nous a rejoints et que nous pouvons le retrouver à la jonction de nos deux routes vers Inegöl. Nous le retrouvons et le maitrisons à coup d’EFES, puis gagnons avec lui un hôtel à Inegöl sans atteindre Bursa.

2015-07-16 Pazaryeri - Inegöl 051

17 juillet 2015 – Inegöl – Erdek – 176 km – Vent fort

Nous reprenons la route en compagnie de Thomas. Nous voulons rejoindre Erdek où nous prendrons le ferry pour traverser la mer de Marmar et revenir à Tekirdag. Le trajet se déroule toujours sur la 4 voies. En ces jours fériés il n’y a pas de camions mais une circulation dense de jour de départ en vacances. Un vent fort latéral avec des rafales à 60 km/h nos oblige à lutter pour ne pas être expédiés au milieu de l’autoroute.

2015-07-18 PazyErdek - Gelibolu 016 2015-07-18 PazyErdek - Gelibolu 014 Nous arrivons enfin dans un camping agréable à Erdek. La boucle turque est bouclée. Mauvaise nouvelle : nous apprenons via Anick Pelchat arrivée quelques heures avant nous qu’il n’y aura pas de ferry avant lundi, en raison des jours fériés. La fatigue et la faim nous taraudent et malgré cette mauvaise nouvelle nous nous mettons en quête d’un restaurant près du camping. Le seul qu’il y a est bondé et nous n’y sommes pas les bienvenus. Nous nous rabattons sur une boulangerie près du camping qui a quelques denrées dans un frigo. Nous achetons du pain et un bloc de 500g de fromage et quelques tomates. Au pique-nique, le fromage est immangeable ! En fait de fromage, il s’agissait de levure de boulanger 😀 Nous rions à gorge déployée de notre méprise, accompagnés par nos voisins de pique-nique turcs. Finalement, cet épisode ridicule nous laisse le ventre vide mais les larmes de rire aux yeux. Pour le prochain voyage en Turquie, nous essaierons d’apprendre quelques mots de turc !

18 juillet 2015 – Erdek – Gelibolu – Vent fort

Nous reprenons le vélo pour passer la mer de Marmara par le ferry du détroit des Dardannelles entre Lapseki et Gelibolu. Adieu Asie, nous reposons le pied sur le sol européen !

2015-07-18 PazyErdek - Gelibolu 0222015-07-18 PazyErdek - Gelibolu 026

2015-07-18 PazyErdek - Gelibolu 023Toujours le vent fort qui nous soûle et nous abrutit. Nous nous posons dans un camping en bordure de plage et piquons une tête dans la mer de Marmara, très peu profonde et étonnamment très froide.2015-07-18 PazyErdek - Gelibolu 037

19 juillet 2015 – Gelibolu – Edirne. – Vent fort

Nous poursuivons notre route sous le vent à travers des paysages de collines qui ressembleraient au Tarn par jour de vent d’Autan. Champs de blés et de tournesol.

2015-07-19 Gelibolu - Edirne 011

Le soleil est éblouissant, et le bruit du vent dans nos oreilles, qui s’ajoute à celui des voitures, assourdissant. Nous sommes saouls et desséchés quand nous arrivons enfin à Edirne, hébergés par des hôtes du réseau Warmshower, très accueillants comme toujours ici.


Demain je pars en bus vers Istanbul prendre un avion pour aller recevoir ma piqûre d’Herceptin. Déjà 4 semaines depuis la dernière!

Et n’oubliez pas notre fil rouge:

« Ensemble, prenons le cancer de vitesse ». Donnons pour Curie : http://macollecte.curie.fr/projects/the-sun-trip-2015-aventure-a-velo-solaire

Et si vous aimez nos articles n’oubliez pas de voter en cliquant sur le rond vert tout en bas !

flèche

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK