9 Juillet j’ai traversé la mer de Marmara et fais escale sur l’île de Marmara la golden marbre de la Turquie

Ce matin, lorsque j’ai repris mon vélo au parking où il était gardé je constate que mon cale pied gauche pend sur la pédale… Il manque un écrou et l’autre est complètement dévissé…Je ne comprends pas, tout était bien hier soir…bizarre…Je retourne à l’hôtel avec mon vélo et je commence mes préparatifs du départ. Le commerçant voisin de l’hôtel sort de sa boutique et vient me parler du Sun Trip qu’il suit sur internet. Moi je lui parle de mon problème de cale pied alors il me propose de m’emmener à son garage pour me dépanner. A 8H00 tous les commerces sont encore fermés et je ne veux pas attendre leur ouverture. Lorsque je suis prêt, le commerçant ferme sa boutique, prend son scooter électrique et je le suis à travers les rues jusqu’à son garage. Une fois sur place, il fouille dans sa visserie en vrac et me trouve l’écrou qui me manquait. Une fois le cale pied re-9 Juillet les immenses carrières de marcbre sur l'île Marmara 9 Juillet on embarque le golden marbre 9 Juillet On embarque les camions avec les blocs de marbre brutfixé,  le commerçant me conduit jusqu’à la sortie de la ville pour que je prenne la bonne direction de BANDIRMA. Voilà encore un exemple de la générosité Turc et c’est tous les jours comme cela…Ayant fait une dizaine de kilomètres, alors que je montais une côte un camion semi remorque me double. Alors que l’arrière du camion avait fini de me repasser depuis une dizaine de secondes, je vois et entends une énorme explosion à l’arrière du camion et de mon coté. Un des gros pneu a explosé et des projectiles de pneus et de carcasses en ferraille sont violemment éjectés notamment de mon coté…Le camionneur fini par arrêter son camion et moi je slalome entre les divers morceaux de carcasses de pneus fumant qui jonchent le sol. Mon ange gardien a encore veillé sur moi ce matin en me protégeant de blessures certaines, voir plus, si, 10 secondes plus tôt, le pneu avait explosé alors que j’étais à 2 mètres de la roue… Je continue mon chemin et, une vingtaine de kilomètres avant BANDIRMA, lorsque je passe devant une station service, je vois des jeunes voyageurs cyclo qui me font de grands signes pour me saluer. Immédiatement, je freine et reviens à la station pour les saluer également. Ceux sont des jeunes Turcs, une bande d’étudiants qui font un voyage cycliste dans la région. Ils me disent qu’ils m’avaient vu à BURSA lorsque je déjeunais…Il y a un étudiant en médecine, l’autre en économie, l’autre en formation de sage femme (et oui…) etc…Tous bien sympathiques et nous faisons quelques photos. Le pompiste m’offre un café et j’ai une brioche dans ma sacoche…Ce matin, je suis parti de l’hôtel le ventre vide…pas de breakfast dans l’hôtel…Finalement, ont se quitte après leur avoir donné un autocollant du SUN TRIP (nous avons de nouveaux fans…)

Finalement j’arrive au port de ERDEK à midi…La route est interminable entre BANDIRMA et ERDEK…Ca monte fort parfois et il n’y a aucune indication kilométrique…

Mon ferry est à 16H00 alors j’ai le temps de flâner dans les rues piétonnes ombragées de cette jolie ville. Je ne résiste pas à l’étale d’une grande mère qui vend des fruits. J’achète un kilo de belles et grosses figues bien mûres et je m’empresse de tout manger…

J’embarque à l’heure précise sur une mer plate et baignée de soleil. En cours de route, nous faisons escale au petit port de SARAYLAR sur l’île de Marmara. Nous sommes dans la capitale du golden marbre ce qui change des hauts plateaux du golden blé au sud de Ankara…. Quel est le port qui peut se vanter d’avoir toutes ses digues protégées par de grands blocs de marbre brut ? Et bien au port de débarquement de SARAYLAR c’est le cas…Toute la montagne est une gigantesque carrière de marbre et je comprends maintenant pourquoi les camions bennes qui débarquent sont vides et d’autres qui sont remplis de marbre embarquent. Le ferry est lourdement chargé et au complet. Nous repartons avec un petit gîte de 10 à 20° sur bâbord, la charge ayant été mal répartie…

C’est à 21H00 que nous accostons au port de débarquement de TEKIRDAG. C’est à la nuit que je pédale encore 5 bons kilomètres avec de bonnes montées pour arriver à la ville et me poser dans un hôtel du bord de mer… La journée a été longue mais riche de bons souvenirs pour seulement un peu plus d’9 Juillet Carrières de marbre... 9 Juillet Carrières de marbre.. 9 Juillet carrières de marbre 9 Juillet du marbre brutune soixantaine de kilomètres de pédalage…

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK