Au pied du mur, trouver sa voie

La premiere étape

bouilleSuite aux erreurs de livraison et aux problèmes techniques, le jour du départ s’annonce difficile. Batteries vides, je démarre l’aventure avec un handicap enorme. Je n ai jamais testé correctement l assistance electrique. Je n ai pas le coup de main pour la demarrer. Intervertir les batteries est une galere permanente. L’ergonomie que j avais minutieusement préparée à volée en eclat. La premiere ascencion me voit bon dernier ou presque. Alors que j ‘arrive aux étapes de ravitaillement, il faut dèjà repartir

 20130615_125607

La poignee de vitesse est glissante impossible de reduire les vitesse pour passer les côtes sans s’arreter completement. Les Suntripeurs sont inquiets vis à vis de mon engin. Je passe les montées avec des developpement trop grand, l’etape est longue , très longue. Annick Marie me dédit la derniere portion de route et l’arrivée à Albertville, pour me soutenir dans l’épreuve. Je finis la premiere étape ereinté, vidé.

 

Le dernier de cordée n’est pas tout seul

Comme l autorise le reglement, il est possible de recharger sur le secteur jusqu’au pied du col. Avec mon vélo couché chargé, c est indispensable d’avoir au moins 2 pleines. Alors à Albertville je me prepare. J abandonne 2 sacoches, tout les doublons et une partie du materiel de reparation

la batterie 12Ah, vide  n est pas compatible avec mon chargeur. Il faudra croiser les doigts pour que le soleil soit au rendez vous. Je met une batterie à charger et la seconde juste au moment de me coucher. Au petit matin, le drame. la seconde batterrie est defectueuse et n a pas chargée. Peut elle l etre au solaire ? Mystere. Le départ dans 1/2 heures. Pas le temps de reflechir. Dans l’état je pourrais atteindre Aime, mais pas plus. Et le convoi demarre.

D’Albertville à Moutiers, ma ville natale je m efforce de pedaler sans assistance. Mais il est si lourd que je suis obligé de drainer les batteries pour ne pas être à la traïne. Moutiers, nous oblige à passer par une nationale et des tunnels. Une combinaison dangereuse que nous passons en convoi groupé, à la queue leu leu. Quelle fierté, de voir tout ces maillots SunTrip réunis, toutes ces solutions différentes pour un même objectif. La main d’Adrien sur le handbike de Thomas dans une relance difficile.

Aime enfin. Je cours , j’essaie d optimiser l orientation des capteurs, trouve une unique prise pour ma dernière recharge autorisée. Tout le monde casse la croute, ai je seulement penser à amener quelques choses ? Est ce que je pourrais seulement avaler quelques chose. Les batteries ne sont pas chargées.

recharge

Et puis il partent les uns apres les autres. Sous le soleil de plomb mon sang est glacé. Reste Sylvain, puis Jean et Marc qui avec leur espadon ne tenteront le col que le lendemain. Sourires et bonne humeur allègent l atmosphere. Mais ma place est la haut.

Acte manqué, Annick Marie oublie ses lunettes et reviens. Le temps de me serer dans ces bras et de repartir. Elle me l’avouera plus tard, à ce moment elle ne croyait pas que je passerai.

la Batterie secteur se refait une santé molle, j ai mis la sonnerie du portable à 13h3@. Il faut partir coute que coute pour passer le col avant la nuit A peine chargée, elle s’effondrera à Bourg saint Maurice. Le solaire heureusement a donner suffisamment de peps au deux autres pour se lancer à l’aventure.

montee-stbernardJ ai confiance mes choix techniques sont les bons j en suis convaincu. mon velo couché desavantagé en cote a des ressources formidables. Je bloque la transmission sur le plus petit developpement du Rolhoff, et je mouline comme un fou. le moteur Mpf assistera alors à l economie entre 100 et 180 watts. à 10kms/h , à la limite de l equilibre sur mon engin , je joue les funambules sur vers le toit des alpes, epingles après épingles, en équilbre sur le fil étroit du courage et de l’energie solaire.

Un message d’Annick Marie : contre toutes attentes seuls 8kms de montée nous séparent. Elle endossera alors le rôle de premier de cordée. Tout à son propre défi, elle trouveras la force de m ecrire tout les 5kms un message drole, enjoué, pour me guider tout au haut. Cette femme est grande à ce point là.

Ne rien lacher

A quelques encablures de la Rosière, la 2 batterie donne des signes de faiblesse. Je vais pour la changer… sauf que .. les cles. J ai perdu les cles de verrouillage des batteries Je me restaure à la Rcolosiere. Les batteries verouillées, je ne peux plus les utiliser. Je cherche des solutions, une rallonge un recablage pour celle de gauche, un garagiste italien pour faire sauter le verrou srtir celle de droite. des solutions pour la suite, certes. Mais là tout de suite il reste 5kms de montées. Sur le vélo je ne tiens pas plus le rythme necessaire pour rester en equilibre. C est en poussant pas à pas que je hisserai cette carcasse d’acier en haut

j en appelle à toutes celles et ceux qui m ont soutenus, à la chaine de solidarité, j’en appelle à ce qui me pousse à rejoindre le SunTrip. Ce qui comptent c’est d’inspirer. C’est la somme de nos efforts qui donnera son sens au Suntrip.  Et j’ai ma part à donner.

Je passe le col du Petit Saint Bernard.

 

 

 

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK