Cédric Vinatier : un philosophe à Astana

 

Courage, acharnement, prise de risque, dépassement du handicap, effort, générosité, sourire, ferveur écologique, c’est une véritable leçon de vie que Cédric Vinatier envoie au monde en atteignant Astana, en 67 jours !

Et pourtant… au départ de l’aventure peu de monde croyait en ses chances de voir un jour le bout des steppes, tant les soucis techniques semblaient insurmontables. En grande difficulté avant même le départ réel du Sun Trip, un temps lanterne rouge de la course, à deux doigts de rendre les armes définitivement en Ukraine, Cédric sera passé par tout les états avant de finalement trouver un bon rythme en Russie puis au Kazakhstan.

«En Ukraine je suis arrivé à un croisement où j’avais deux options : rentrer ou continuer. J’ai décidé de poursuivre l’effort et j’en suis vraiment content !»

   4       1       2       3

Pour aller tutoyer ses rêves les plus fous, il a même pris le risque de l’itinéraire le plus difficile entre Atyrau et Aktobe. Là où la grande majorité des participants préféraient s’éviter une galère, lui prenait plaisir à se fondre dans le vide des steppes, au point d’en redemander quelques centaines de kilomètres plus loin, malgré les hordes de moustiques (voir une de ses vidéos publiées sur Youtube). 

Faisant fi de son handicap (bras gauche atrophié), Cédric fait finalement triompher les plus belles valeurs de la vie. Dans les 50 derniers kilomètres de son aventure, il nous résume, non sans talent, son état d’esprit et sa vision du Sun Trip. 

«Durant la première semaine de route quelqu’un m’a demandé ce que ça me faisait d’être assisté en tant qu’handicapé… je n’ai pas su alors quoi répondre. Mais maintenant je sais : c’est génial le vélo solaire !».

Habituellement peu bavard sur son handicap, Cédric a également pris le temps de nous donner son point de vue sur la question, notamment sur la place du handicap dans une aventure comme le Sun Trip, en ne manquant pas de faire référence à Tom Papay et Sylvain Machefert.

«Il n’y a pas eu deux catégories dans cette aventure, les valides d’un côté et les invalides de l’autre… Il n’y avaient que des aventuriers lancés dans un même défi». 

Maintenant arrivé à Astana, Cédric va se reposer à l’appartement du Sun Trip, puis souhaite retourner se ressourcer quelques jours dans la steppe, « mais sans vélo cette fois…», le temps d’attendre l’arrivée de la Suntrotteuse Anick-Marie Bouchard, prévue pour le début septembre.

Un grand coeur, jusqu’au bout !


 L’ARTICLE PRECEDENT // SUIVANT

TOUS LES ARTICLES


 

CÉDRIC VINATIER: A PHILOSOPHER IN ASTANA

Courage, furious energy, exposure, overtaking of disability, effort, generosity, smile, ecological fervour, it is a true lesson of life which Cédric Vinatier sends to the world by arriving in Astana in 67 days!

And however… at the beginning of the adventure not many people believed in his chances to see one day the end of the steppes, technical problems seemed insurmountable so much. With serious difficulties even before the real departure of Sun Trip, he almost left it  definitely in Ukraine. Cédric tried everything before finally find a good rhythm in Russia  and then in Kazakhstan. 

«In Ukraine I had two options: come back or continue. I decided to make an effort and I am really happy now!».

To make come true his craziest dreams he even took the risk and choose a difficult route between Atyrau and Aktobe. There, where a big majority of participants preferred to avoid the problems, he enjoyed the expanse of the steppes, and moved forward hundred kilometres, in spite of the hordes of mosquitoes (see one of his videos published on Youtube).

Neglecting his disability (atrophied left arm), Cédric finally tasted the nicest moments of life. In 50 last kilometres of his adventure, he sums up not without talent, his state of mind and his vision of the Sun Trip. 

«During the first week of road somebody asked me what helped me as to disabled person, at that moment I did not know the answer. But now I know: solar bike is brilliant!».

Usually not very talkative about his disability, Cédric also took the time to tell us his point of view notably about the place of disability in such an adventure as Sun Trip, referring to Tom Papay and Sylvain Machefert.

 

«There were no any categories in this adventure- healthy people on the one hand and the disabled persons on the other… There were only adventurers with the same aim». 

Now Cédric arrived at Astana, he is going to have a rest in the apartment of the Sun Trip, then he wants to go back to recharge batteries in the steppe during some days,«but this time without any bike», while waiting for the arrival of the Suntrotteuse Anick-Marie Bouchard at the beginning of September 

A big heart, until the end!

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email