Corinne : journal de bord du 16 juillet

SUNTRIP 2018, étape 27, Journée de pluie et bonne soirée

Lundi 16 juillet, Arkhangel’skoye

Bilan vélo: 137 km, moyenne 22,8 km/h, durée 6h1mn, maxi 41,9km/h

1,9% de régénération, 1256 Wh soit 8,9 Wh/km et 25,38 Ah

Venant des panneaux voltaïques 201 Wh (cela en dit long sur le mauvais temps).

Après avoir dormi sur le canapé du salon et pris un bon petit déjeuner, il me faut partir. Mais dans le hall d’entrée, tourne une petit écrémeuse pour le lait des 6 vaches que possédé la ferme. Je m’aperçois que le pot d’accueil déborde, je le remplace vite et le signale. Et immédiatement, grande violence verbale entre la belle fille et la belle mère, le lait étant visiblement la richesse de la ferme. La violence verbale est très présente. Il doit être dur de vivre à 6 sur une petite ferme comme cela. Là encore, un gros potager qui permet d’avoir des légumes frais (et vraiment leur petit concombre est un excellent légume.

 

 

J’enfile mes vêtements de pluie et je m’apprête à partir. Mais je vais être escorté par le fils (comme le père hier) sur 12 km car il veut être sûr que je sois sur la bonne route (ils doivent penser que je ne suis pas douée …). Et il me met vraiment sur la bonne route, je ne peux plus me tromper.

Et les km s’enfilent sous la pluie. Ce sont des journées difficiles car il n’y a aucun plaisir à pédaler. Et comme les journées sont longues, c’est pénibles. Au programme: pluie, pluie et encore pluie. Et la météo annonce cela sur plusieurs jours. Je ne sais pas quand cela va s’arrêter mais je trouve que l’on n’a vraiment pas de chance.

EN plus, je trouve qu’avec les batteries, sans soleil, je fais de moins en moins de km, que l’autonomie baisse. Si c’est le cas, avec un temps pareil, on n’est pas prêt d’arriver en Chine. Aujourd’hui, j’ai pu faire 137 km parce que j’ai eu la chance entre midi et 2h de recharger dans une station service. Et 2 h d’attente dans une station service sous la pluie, c’est très agréable!

Deux motivations actuellement pour continuer :

  • les dons pour mon association, dons qui ne décollent pas et cela, c’est vraiment désolant pour moi qui fait tant d’effort.
  • les rencontres le soir.

Après une journée sans intérêt, avec juste une observation: mon écarteur fabrication maison joue bien son rôle et on me frôle moins dans l’ensemble. C’est important car je me sens un peu plus en sécurité, sachant qu’il ne fait que 50Cm de long.

Vers 18h, la batterie est presque vide. Cette route est en pleine campagne et les villages très rares. Aucune implication de guidage ne donne les villages. Aussi quand je vois la batterie se vider, l’angoisse monte. Où est le prochain village et est-ce que j’aurais assez de batterie pour y arriver car moi, je sais, que mes genoux ne supporteront pas le « motorless ». Pendant 10 km rien, puis je vois une petite usine sur le côté avec 3 hommes accoudés sur un capot de voiture entrain, visiblement, de boire de l’alcool. Ils m’indiquent qu’il y a un village 2 km plus loin (j’apprendrais après que le village suivant est à 40 km …). Ma soirée va certainement être sauvée. J’arrive dans le village eta le chien de chasse Corinne se met en éveil. Je roule doucement et je regarde très attentivement autour de moi, jusqu’à ce que quelque chose attire mon attention.

Je vois un homme, assis dehors sur un tronc d’arbre, le portail de sa maison est grand ouvert. Immédiatement je m’arrête à sa hauteur. Il se lève et vient à ma rencontre (premier bon signe). J’ai préparé sur l’iPhone, le texte de présentation en russe que m’a rédigé Tanya. Il lit attentivement et immédiatement me désigne le portail pour que je puisse rentrer. Ouf, ma soirée est sauvée. Tanya, mille merci pour ton texte: 100% de réussite jusqu’à présent. Toi qui avait peur que cela ne marche pas, tu vois que si, cela marche pour le moment.

Là, je suis sortie de l’accueil fermier. La maison est bien finie (mais je n’y enterais pas) et il y a un beau jardin avec plein de fleurs (oui d’accord, les nains de jardin ne sont pas nécessaires !…). Immédiatement Petit Prince est mis en charge et protégé par sa bâche (que je suis heureuse de l’avoir acheté au dernier moment, car au moins, la nuit, il est à l’abri).

Et pour moi, pas de tente (que je suis contente car sous la pluie, ce n’est pas marrant). En face de la maison, il y a un petit bâtiment et un studio aménagé à l’intérieur avec 4 canapés. Je suis étonnée mais je ne comprendrais qu’une heure après, à quoi sert ce bâtiment. Je prépare donc mon sac de couchage sur un canapé. A ce moment là, la propriétaire entre avec une autre femme et s’installe derrière une petite cloison. Je suis un peu surprise, jusqu’à ce que je comprenne que je suis installée dans un petit salon de coiffure interne à une maison. J’avais été étonnée de la hauteur du lavabo qui était surélevé.

Pendant ce temps, le mari prépare le repas et nous mangerons sous une petite tonnelle très agréable. J’aurais le droit à une grande platée de frites avec lard, plus une sorte de Champagne (pour arroser la victoire de la France en coupe du monde) et un verre de vodka (où je tremperais les lèvres mais que je ne boirais pas).

Je ne passerais pas la nuit seule mais avec 3 petits chatons dont la mère a disparu et qu’ils essaient de sauver. Ils piaillent comme des oiseaux mais dans la nuit ils seront très sages.

 

Au matin, je regarde par la fenêtre et devinait quoi ?, Il pleut.

Je me traine lamentablement, je n’ai aucune envie de partir et pourtant il le faut mais que c’est dur de commencer une journée en sachant qu’elle va être mauvaise.

Billet d’origine sur le blog de Corinne

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

1 Commentaire for “Corinne : journal de bord du 16 juillet”

THIRION Michel

dit :

C’est noté, on va agir côté kms. En écosse ,en 77,je me souviens avoir fait un marathon dans cet esprit..Allez les rencontres sont déjà là, et cela jamais sans ses efforts n’auraient ils eu lieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *