Deux cloches à vélo

Quand je me prends pour une super héroïne parce que j’ai fait 250 kilomètres en 3 jours…

 59XCRMu1

(Trad. : Mes frères, ce que nous faisons dans la vie résonne pour l’éternité.)

En ce week-end de fêtes, Guillaume et moi avons pris nos petites jambes, nos petits vélos, et nous avons fait notre première vraie grosse sortie.

Vendredi, nous avons bravé les gouttes, la neige et les pluies de météorites pour faire le trajet Aix les Bains – Grenoble, soit environ 80 kilomètres. Comme Guillaume a déjà son moteur d’installé et que ce n’est pas mon cas, je suis tranquillement partie avec deux heures d’avance. Je n’ai pas encore acheté de cuissard alors me suis contentée d’un jean pourri et d’un coupe-vent. Conseil d’ami, c’est pas une bonne idée de faire 80 bornes en jean mouillé, ça garde deux kilos d’eau, ça donne froid et ce n’est pas confortable pour pédaler (les trolls diront… « en même temps, on s’en doute, belette ! »). Enfin, après tout ça, une fois qu’on arrive, on se sent une âme de guerrier.

Anecdote rigolote au-sujet de ce périple : Alors que je pédalais gaiement en direction de la trentaine de kilomètres qu’il me restait, Guillaume m’appelle et me demande par où il faut passer. Je lui réponds qu’il doit passer au-dessus de l’autoroute, en direction de telle ville. Deux heures plus tard, nouveau coup de fil de Guillaume. Il s’était trompé de route (il était bien passé au-dessus de l’autoroute mais pas la bonne…), et venait de rouler 20 kilomètres dans la mauvaise direction… ^^

Le lendemain, nous avons suivi notre route vers le sud, dans la Drôme où vit ma famille. Cette fois-ci, le temps était avec nous, et on a échappé à la pluie. On a eu la chance de faire quelques kilomètres avec deux camarades cyclo-campeurs, Christine et Michel, qui s’élançaient le jour même dans un voyage en Europe de 5 mois. Bon vent à eux !

Ces kilomètres jusqu’à la maison ont été les plus faciles, d’autant plus qu’avec Guillaume devant pour donner le rythme et casser le vent, je roulais probablement plus vite que toute seule sans compteur. Le retour a cependant été beaucoup plus dur ! Déjà parce qu’on remontait une partie de ce qu’on avait descendu et surtout parce qu’on avait ce satané vent du nord en pleine face ! Enfin, une fois encore, Guillaume avait son moteur pour lui et me cassait une partie des rafales. Je prenais grand soin de me caler au plus près… si près que j’ai même shooté dans son garde-boue… ^^

Heureusement, en arrivant à Grenoble, notre bon ami Romain nous avait fait du gâteau.

Ce qui me motive à pédaler…

Cake !

(Trad. : Il y a du gâteau ? J’arrive !)

Notre prochaine grosse sortie aura lieu dans deux semaines, en compagnie des autres Suntrippeurs, près de Dijon. On vous fera un petit bilan à notre retour !

Emilie

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK