Françoise : journal de bord 9 juillet

 

Bonjour à tous

Tandis que je me prépare comme à l’accoutumée dans ma tente je fais un gros malaise, je ne me sens pas bien du tout, j’ai des nausées, je vomis, j’ai des sueurs, j’ai très chaud. Je réagis : je prends du vogalene sublingual, me mouille la tête, le visage, la nuque et ceci régulièrement et continues à me préparer tant bien que mal.

J’ai vraiment très très chaud je pense que j’ai un petit coup de chaleur et je crois surtout que ces derniers temps je manque de sommeil parce que j’ai traîné sur internet le soir et j’ai tellement l’angoisse de rater le premier rayon de soleil que dès 3h du matin je suis réveillée.

Le soleil est un peu voilé à l’aurore puis brille. Je pédale comme une folle mes 50 premiers kilomètres et déjà je suis mal et surtout une somnolence me prend, j’en suis là à m’endormir pratiquement sur mon vélo et parfois je fais un écart.

Lors du premier arrêt j’arrive manger et boire un petit peu.

Et puis va commencer un gros calvaire. Le soleil s’est caché donc je ne recharge plus. L’orage menace. J’alterne entre les périodes où j’économise mes batteries et les périodes où je me dis tant pis j’appuie et puis j’irai jusqu’où je peux. La somnolence me reprend, je fais des écarts sur la route, je m’arrête, je repars je m’arrête, je repars.

La route est magnifique, toute droite ondulant à travers des forêts, c’est un petit billard roulant, la circulation est rare. Ce pourrait être un régal, c’est un calvaire.

Soudain surgit un endroit très bizarre sur le côté droit une station-service avec rien que de l’essence et un hôtel décrépi, de l’autre côté un alignement de 4 ou 5 magasins qui vendent des peluches énormes en quantité astronomique, quelques jouets d’enfants, quelques brioches et du café. Je me gave de café.

Je reprends la route la somnolence finit par disparaître mais les nausées sont épouvantables.

Le soleil est bien caché derrière les nuages. Je ne recharge plus, je continue à avancer toujours avec l’espoir d’arriver en Russie aujourd’hui. J’alterne périodes où je décharge les batteries en me disant que je lorsque je n’en aurai plus je m’arrêterai et périodes où j’économise en me disant qu’il faut que j’aille le plus loin possible. Je me sens toujours aussi mal, maintenant j’ai froid, j’ai des nausées. Bref je suis malade à crever.

Tandis que je suis dans un abribus et que je regarde un peu internet j’apprends que Corinne a eu un accident, rien de très grave mais elle est très choquée. Je n’ai pas bien compris ce qui s’est passé exactement, une de ses roues s’est coincée et elle a fait une grave chute sur la M01. Évidemment personne ne s’est arrêté. Elle s’en est sortie toute seule et puis elle a appelé au secours et l’organisation a réagi très vite, lui envoyant le secours demandé et la rapatriant sur Kiev.

Je suis là dans mon abri bus avec, grand luxe, un banc et je pleure.
Je pleure tout en analysant la situation. Cela fait plusieurs jours que le soir je traîne sur Internet et que le matin dès le lever du jour et ici il est très tôt, vers 3h du matin (je commence à être très très au nord) je suis réveillée guettant le premier du rayon du soleil. La journée d’hier fut aussi physiquement très difficile avec la séance photo le matin et mes 150 km l’après-midi et un soleil qui s’est encore caché l’après-midi.

Je continue à être très angoissée par le fait de ne pas arriver à sortir de Russie avant la péremption de mon visa.
Nous avons un échange de discussion sur Internet entre Suntripeurs. J’ai ainsi appris que les 300 derniers kilomètres en Russie étaient extrêmement difficiles, au-delà de tout ce qu’on peut imaginer et tous les participants cassent.

Guillaume Devot le directeur technique du Sun Trip propose un autre parcours, celui emprunté par les deux frères. Je les interroge, il y a aussi 70 km très difficiles. Ce parcours fait 100 km de plus. Bien qu’étant à l’agonie je réfléchis vite 100 km à 30 à l’heure ça fait un peu plus de 3h, 300 km à 10 à l’heure ça fait 30 heures.
Je pense que je vais emprunter ce chemin et même faire un plus grand détour espérant trouver une route en meilleur état.
Dans mon souci de m’alléger au maximum je n’ai pas pris toutes les cartes dont je pouvais avoir besoin mais j’ai fait des photocopies sur du papier extrêmement fin des zones de cartes nécessaires à mon itinéraire. Evidemment il va me manquer un morceau de Russie. Je vais réussir à me débrouiller avec Osmand, je ne peux compter sur Google maps, la connexion internet est trop instable. Elle m’a fait défaut pour sortir de Kiev.

Je suis à une cinquantaine de kilomètres de la Russie et je me rends à l’évidence, il faut que je m’arrête, il faut que je m’arrête et que je passe une bonne nuit, je pense que c’est la seule solution.

Je suis dans la forêt je cherche un peu, il me faut du soleil pour recharger demain matin et mon œil aiguisé finit par trouver une entrée dans un champ qui est parfait. Non seulement demain je pourrais recharger mais le soleil a fini par sortir et je peux récupère deux volts.

Pour couronner cette journée de galère qui eût été un régal si je n’étais pas malade, la charnière arrière de mon coffre casse.

Positivons, l’avantage de s’arrêter tôt c’est de pouvoir se doucher dehors à la gourde et ce malgré l’attaque des taons…

Je m’offre une bonne nuit de sommeil, je me réveille quand même à 3h30 du matin mais je crois avoir dormi mon compte.

Mon objectif : traverser la Russie au plus vite par le chemin que j’espère le plus facile.

Conditions météorologiques
Le soleil du matin fait rapidement place aux nuages et à une menace d’orage.

Production non relevée

Consommation
25,8 Ah
1257 Wh
8,4 w/kl

Réalisation
140 km
D+ 400 m
5 hsur le vélo
Vmoy 29 km/h
Vmax 45 km/h

Merci de me lire
Bisous tout le monde


RETOUR SUR LE MENU DES BLOGS
BACK TO THE BLOG MENU


J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *