Françoise : Journal de bord du 10 aout

Le 10 août 2018
Bonjour à tous

Ce jour est un grand jour. Je vais rejoindre Almaty, ville à l’extrême est du Kazakhstan, ville choisie par l’organisation pour être notre camp de base avant la Chine, permettant à certains de se ressourcer, à d’autres d’avoir l’aide nécessaire pour le retour dans leur pays.

Je sais que ça va être un peu juste, j’aurais voulu la veille faire plus de kilomètres. Un panneau indique 200 km un autre 220. 200 je peux, 220 ça va être juste.
Je ne recharge pas complètement mes batteries préférant partir une heure plus tôt.

Ce que je n’avais pas prévu c’est que j’allais attaquer la montagne…
Certains préparent leur itinéraire au millimètre près, d’autres comme moi se contentent d’avancer jour après jour, kilomètre après kilomètre.

Devant moi 10 km à 7%, le panneau indique 67%, vrai de vrai…

Et… Je me fais plaisir, je grimpe, je craque mes watts, double 3 camions, plusieurs sont en rade sur le bas côté. Pas de photo je suis trop concentrée. C’est vraiment très beau, des montagnes pas comme chez nous, plutôt des collines tout de jaune vêtues, quelque peu enchevêtrées, entrecoupées de canyons ou quelques arbres nous disent que l’eau existe ici.
Par ailleurs le vent s’est levé, il est violent et contre.

Arrivée en haut où les éoliennes tournent à plein régime je me renseigne sur la suite des événements, je viens de traverser une chaîne de montagnes après c’est plat, il y a quelques bosses mais pas grand chose, sauf que les quelques bosses vont me couper dans mon élan.

Ma descente est lente et prudente, la circulation est importante, la route peu large.

Arrivée dans la plaine il fait à nouveau chaud, je m’arrête à un restaurant style self service où visiblement je dérange mais j’ai ma soupe, les morceaux de bœuf sont immangeables, le Fanta me ravigote.

Reopération mouillage et c’est reparti.
A nouveau des collines, mes batteries sont presque vides. Je m’arrête pour recharger, je suis importunée par un mec, je ne comprends pas ce qu’il veut. Il me propose une boisson énergisante, d’abord je ne bois pas de ce truc, en plus elle est ouverte et peut contenir n’importe quoi à l’intérieur. Puis il sort une boîte, je crois que ce sont des bonbons et quand il l’ouvre ce sont des préservatifs ! Je le jette avec perte et fracas, durant ce temps mon vélo ne charge pas car le nuage du jour s’est interposé entre les panneaux solaires et le soleil.

J’ai le malheur de mettre un mot sur notre chat, l’organisation qui a l’œil sur tout et veille sur nous comme si nous étions de petites choses fragiles veut m’envoyer du secours.

Je décide de dormir là mais un peu plus loin, cachée par les arbres.

Entre temps je communique avec Mickael, il mange, c’est sa priorité. Il propose de m’apporter à manger mais il est trop loin.

Je dors à la belle étoile, le vent qui s’était calmé se relève et un pantalon me servira de turban. Les étoiles sont belles mais le ciel n’a pas l’éclat de chez moi.

Ce matin je suis saluée par un gaucho sur son cheval.

Tres belle journée, la montagne quand même c’est mon truc…

Production
67 Ah
3208 Wh

Consommation
33 Ah
11,7 Wkm

Réalisation
130 km
4h 40′ sur le vélo
Vmoy 28 km/h
Vmax 39 km/h

Merci de me suivre.
Bisous tout le monde

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

4 Commentaires for “Françoise : Journal de bord du 10 aout”

Christine B.

dit :

L’hospitalité, c’est bien, mais il y a des cas où l’intuition féminine protège naturellement et invite à ne pas boire n’importe quoi ! bravo …
Aller ! la Chine bientôt … et peut-être que Raf aura donné l’adresse de ses bivouacs et lieux de ravitaillements ? ??? … parce que, parait-il certains hôtels refusent les étrangers (mais peut-être pas les étrangères !?). Moi, en insistant un peu (c’était en 1985 !), j’avais pu aller dans un hôtel réservés aux chinois : … Sorte de dortoir, hommes et femmes séparés et il y avait des… rats…

Aline Jordens

dit :

Bravo Françoise
Quelle pêche !!! Nous sommes un peu rassurés de voir que vous veillez au tant que possible les uns sur les autres
Je vous embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *