Françoise : Journal de bord du 4 juillet

Le 4 juillet 2018
Bonjour à tous

Je ne sais comment le dire, ce fut tellement inattendu et tellement fort…

Je suis prête à partir, casquée, lunettée.
Une voiture noire rutilante s’arrête. Je crie un hello et m’apprête à satisfaire aux interviews et photos d’usage et… Je reconnais Guillaume Devot… Je pleure…

Cela fait des jours et des jours que je pédale, non pas le nez dans le guidon mais les yeux rivés sur la route et les bras cramponnés au guidon pour éviter les mille et un pièges, cela fait des jours et des jours que je suis dans un monde à part sans contact réel avec les gens que j’aime et là devant moi un des êtres extraordinaires qui peuplent cette terre…

Le régulateur capricieux, les fils à nus, je n’y pense même pas…

Si je suis là c’est grâce à Guillaume. Il est le directeur technique de la course, celui qui a vérifié que tous les engins étaient conformes au règlement et ne mettaient pas en danger la vie d’autrui, et cela lui a pris quand même 3 jours à notre camp de base à Lyon, celui vers qui on se tourne dès qu’on a un problème. Celui qui fait partie de l’équipe de l’organisation dont tous les membres se font un souci monstre pour nous. Il a fait lui-même le Sun Trip en 2013, alors il sait ce que c’est.

C’est Guillaume qui a électrisé et scolarisé mon vélo, de manière très professionnelle, très à l’écoute de mes besoins, toujours patient, toujours avec le sourire. C’est lui qui a changé ma remorque au dernier moment en un temps record. Bref si je suis là et si je suis la seule je crois, avec Raf le gagnant, à ne pas avoir cassé à part des bricoles, c’est grâce à lui et aussi Patrice et Fabien de Vagabonde Cycles qui ont fait mon vélo que beaucoup critiquent mais qui est d’une solidité à toute épreuve et sur lequel je suis bien.

Guillaume est venu au Kazahstan faire des photos et interwiever les derniers suntripeurs qui s’y trouvent.

Ce matin il s’est levé à 4 heures du matin, a pris l’ avion puis voiture avec chauffeur et m’a débusquée… Il va me suivre pendant 3 jours.

Bien sûr les choses ne se passent jamais comme on les a prévues…

Il devait me suivre régulièrement, prendre des photos, m’interwiever.
Nous devions nous retrouver le soir dans une petite vile à l’hôtel, Turkestan la plus grande ville étant trop loin pour moi.

Mais…
Il n’y a pas d’hôtel à Zo je ne sais quoi et son chauffeur l’a abandonné à Turkestan… 120 km nous sépare… Pas de Velib ni Velov ici, pas non plus de vélociste à tous les coins de rue vu qu’il n’y a qu’une route. Ça va les conditions sont bonnes je vais essayer d’y aller vite.

Quant à ma journée d’hier je n’ai pas fait de chrono, d’abord contrairement à ce que Guillaume prétend il y avait un peu de vent, ensuite la motivation n’était pas la même. Sinon soleil, pas de tempête, autoroute peu fréquentée, en totale sécurité.

Bivouac à la belle étoile, mon étude des étoiles est perturbée par une invasion de… vaches…

Ce matin des espèces de cloportes…

D’autres choses à vous raconter mais Guillaume m’attend et j’ai 120 km à faire et ne vous inquiétez pas, il va changer mon régulateur, il pense qu’il chauffe et réparer les fils que j’ai abîmés.

Conditions météorologiques
Soleil
Températures agréables
Très léger vent

Production
34 Ah
1670 Wh

Consommation
31 Ah
8,7 Wkm

Réalisation
168 km
5h 21′ sur le vélo

Merci de me suivre.
Bisous tout le monde

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

3 Commentaires for “Françoise : Journal de bord du 4 juillet”

benoit

dit :

bravo francoise et je suis sur que tu vas y arriver premier prix du sourire, premier prix de la communication, et peut être aussi premier prix de pas trop de casse ( à partager avec raf) tout cela méritait bien une belle surprise pour toi bon courage et bonne route

Chamant catherine

dit :

Bonjour Françoise
Continue, je te suis de loin, de très loin mais bravo à toi et à tous les autres concurrents. A bientôt dans le Diois, reviens nous pas trop fracasse et avec plein de beaux souvenirs, biz Cat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *