Françoise un 14 juillet en Russie

Le 14 juillet 2018
Bonjour à tous

La journée est excellente, je me sens tellement en forme que je me dis que je vais essayer de battre mon propre record c’est-à-dire 200 km mais les choses comme d’habitude vont être différentes…

Je rencontre une dernière fois mon tourdumondiste et lui dis que je ne pose pas car j’ai un objectif de dépasser les 200 km…

La route est belle, la circulation bien moindre que la veille, nous sommes samedi et les gens plus sympas, au lieu de coup de klaxons rageurs j’ai des signes d’encouragement et même certaines voitures, voire bus qui arrivent en face me klaxonnent. Serait-ce l’effet steppe qui arrive ou la médiatisation Sun Trip qui commence à atteindre la Russie ?

J’appuie comme une dingue sur les pédales, j’ai vraiment un problème de recharge de mes batteries avec mes panneaux solaires et le régulateur toujours aussi fantaisiste qui m’empêche d’utiliser à fond mon deuxième panneau.

Je pars donc avec des batteries chargées à 49 volts le matin, malgré le soleil généreux le panneau solaire derrière moi ne charge pas vu que je vais plein est et que je fais de l’ombre.

Le vent est contre…

Évidemment quand je fais ma petite pause déjeuner et recharge mes batteries le soleil se cache, mais dans l’ensemble tout va bien.

Je m’avale mes premiers 75 km avec une facilité dérisoire et les 75 autres avec grande difficulté… Adieu mon objectif de record…

Petit à petit le paysage change les cultures font place à des marais, des forêts, des prairies rases, l’ensemble a comme un petit air de steppe . La distance qui sépare les villes est grande : 250 km ! Seules deux stations services permetttent de se ravitailler.
La première est minuscule, la femme est enfermée dans sa guérite avec une toute petite fenêtre. J’ai du mal à comprendre que pour avoir un café il faut que je donne la monnaie pour qu’elle-même l’introduise dans le distributeur automatique qui est enfermé à l’intérieur.

La deuxième est plus rutilante, il faut quand même que je traverse la route et miracle des paquets de MMM de 240 grammes j’en prends deux. Mais ici en Russie les choses sont toujours très compliquées, ma carte Visa ne marche pas, beaucoup de difficultés avec ma carte Master, enfin nous y arrivons.
Visiblement les femmes qui tiennent la boutique m’ont reconnue et sont tout sourire avec moi. Celle de l’autre jour m’a donné une sucette. J’ai remarqué que dans tous les pays où je passe on me donne souvent des sucettes mais avez-vous déjà sucer une sucette en faisant du vélo ?

Tandis que je suis de l’autre côté en train de boire mon café l’une vient me rejoindre et je comprends qu’il y a un problème. J’ai vraiment beaucoup beaucoup de mal à comprendre quel est le problème. En fait elles se sont trompées dans l’addition et n’ont compter qu’ un seul Bounty au lieu de deux, pas de souci je le rends. Mais elles n’ont aussi compté qu’un seul paquet de MNM au lieu de 2, alors là il y a un souci, donc c’est compliqué compliqué… j’ai fini par ouvrir mon porte-monnaie et leur dire de se servir. À chaque fois il y a traversée de la route avec risque de se faire écrabouiller par les camions qui arrivent à toute vitesse…

Les heures s’égrènent, mes forces faiblissent, mes batteries se vident.

Après avoir passé un minuscule village et en haut d’une côte je décide de m’arrêter. Il n’est que 18h, il fait 31 degrés, j’en profite pour me doucher à la gourde correctement dehors.

Ma plaie est très laide, il y a comme une croûte de pus qui s’est formée dessus et par un tout petit orifice le pus suinte. J’ai regardé sur internet, à Saratov il y a une pharmacie je vais voir si je trouve de quoi me soigner correctement.

En attendant tandis que je vous écris j’ai fait un pansement de fortune en mettant de l’eau pour ramollir le tout et nettoyer, et ça tient par ma serviette de table qui est dans un état de saleté Inimaginable, bref c’est la misère.

Mais le moral est au beau fixe…

J’ai dépassé Jurgen mais peut-être a-t-il des problèmes, il est coincé à Voronej.

Je course Michael mais comme il va à la même vitesse que moi ça va être difficile. J’aimerais bien passer les 300 km épouvantables avec lui. Je pourrais lui transmettre ma science de recherche de bivouac et il pourrait m’aider et si problème de casse parce que de la casse il va y en avoir.

J’avais encore un bruit et j’en ai trouvé l’origine c’est qu’en fait dans ma chute le crochet qui tient mes sacoches arrière qui tiennent les batteries qui n’était pas remis comme il fallait. J’ai bien tout inspecté, normalement tout est OK. Il y a quand même deux trous dans la sacoche qui abrite ma tente, laquelle est déjà abritée dans un sac étanche donc pas de souci.

Conditions météorologiques
Grand soleil le matin, quelques nuages l’après-midi
Vent fort contre surtout le matin
Chaleur

Production pas notée

Consommation
31 Ah
9,4 Wkm

Réalisation
154 km
D+ 650 m
5 h 12′ sur le vélo
Vmoy 29 km/h
Vmax 48 km/h

Merci de me suivre.
Bisous tout le monde

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

1 Commentaire for “Françoise un 14 juillet en Russie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *