Nouveau Sun Trip : interview du directeur


ENGLISH VERSION. 

Après le changement de parcours du Sun Trip 2015, 7 questions à Florian Bailly, le créateur et directeur de l’aventure.


FB1. A 3 mois du départ, l’annulation de l’arrivée à Astana est un coup de tonnerre. Pourquoi cette décision ? 

Tout d’abord à cause du désistement soudain de notre partenaire historique Astana EXPO 2017. Après une année de discussions, d’espoirs et faux espoirs et malgré le soutien affirmé du Vice-Ministre des affaires étrangères et commissaire d’Astana EXPO 2017, la crise économique que traverse le pays nous a frappé de plein fouet, amputant largement notre budget. C’est une très grande déception, mais nous voulions à tout prix éviter l’annulation de l’événement. Ensuite, la situation Ukraine-Russie n’a fait que s’aggraver au fil des mois. A ce jour, beaucoup de postes-frontière ont apparemment été fermés entre les deux pays, et ce même très loin de la ligne de front. L’affrontement n’a jamais vraiment cessé et le risque est réel pour l’organisation d’un événement comme le notre, où les participants sont “lâchés dans la nature”, en quelque sorte. En somme, nous n’avions plus toutes les clés en main pour organiser une aventure dans de bonnes conditions. Aller si loin, avec autant de personnes, ça ne s’improvise pas.

2. La situation en Ukraine-Russie n’aurait-elle pas dû pousser à une prise de cette décision rapide ? 

On a attendu le plus longtemps possible pour se laisser la chance de voir la situation s’apaiser, certainement parce que nous étions très attachés à l’Ukraine. En 2013, nous avions été accueillis comme nulle part ailleurs dans ce pays et beaucoup de participants avaient envie d’y aller. Beaucoup d’Ukrainiens attendent notre retour. C’est un crève-coeur de leur tourner le dos. Ce conflit est incompréhensible pour nous, voyageurs, qui avons pu goûter à la gentillesse sans limite de ces peuples frères. A défaut d’un passage par l’Ukraine, nous avions imaginé un contournement par la Biélorussie, voire de demander à tout le monde de passer en Turquie par le ferry, mais le simple fait de passer en Russie commençait à inquiéter pas mal de participants. Dans le cadre du challenge “course”, l’itinéraire le plus direct passe par la Russie, ça aurait été discutable de forcer un peu la main à certains de passer par là pour ne pas perdre de temps.

3. Comment réagissent les participants devant cette annonce ? 

Le groupe s’est montré divisé dès l’annonce du retrait du partenaire majeur, il y a un peu plus d’un mois. Certains voulaient maintenir la destination kazakhe à tout prix, d’autres ont plutôt fait part de leurs réserves quant à une aventure aussi extrême menée avec un budget “low cost”. A ce jour, certains participants restent attirés par le Kazakhstan, car c’était leur rêve d’aventure, voire même le rêve d’une vie que d’aller là-bas, dans la steppe d’Asie centrale. Nous allons discuter avec eux pour les intégrer au mieux dans le projet, mais il est très clair que le Sun Trip 2015 s’arrête officiellement en Turquie. Ceux qui choisiraient de poursuivre au-delà le feraient en marge de l’organisation. On va tout faire pour maintenir un esprit de groupe et une force collective pour ce projet, car c’est là l’atout n°1 du Sun Trip.

4. Est-ce que l’hypothèse de l’annulation totale a été étudiée ?

Honnêtement oui, car la stratégie était basée sur le partenariat majeur Astana expo 2017. Être lâché comme ça, à quatre mois du départ, c’est le pire cauchemar d’un organisateur. Le projet aurait pu couler. Mais a la différence de 2013 je ne suis pas seul dans l’organisation. 5 anciens participants se sont investis à mes côtés. On a eu nos coups de déprimes, des engueulades, mais on a trouvé la force collective pour rebondir. Il faut aussi dire que lorsque que l’on a la chance de diriger une bande de 43 voyageurs-rêveurs qui ont mis toutes leurs plus belles énergies dans ce projet, on se doit de tout donner et de trouver les solutions pour aller de l’avant !

5. Comment va se passer cette édition 2015 du Sun Trip ? 

Elle se passera avec un budget réduit, ce qui nous permettra pas de faire toutes les améliorations prévues suite au bilan de la première édition. Mais avec l’enthousiasme et l’énergie des participants on peut créer une belle surprise sur ce parcours inédit en direction de la Turquie. A la différence de 2013, on part sur l’idée d’une boucle aller-retour, c’est déjà une nouveauté. Cela avait d’ailleurs été demandé par certains participants dans le bilan de la première édition car c’est un concept plus en lien avec notre message sur l’eco-mobilité. En somme, pas besoin de camion pour ramener les vélos et pas d’avion pour le retour des participants.

Cette année, nous allons aussi proposer une opération prologue de très belle envergure. Sur une semaine, les participants resteront groupés de Chambéry jusqu’à Milan et son Exposition Universelle. Nous serons accueillis à Saint-Jean-de-Maurienne, Turin, Santhià puis par le Pavillon de la France à l’Expo !

dettaglio_DOPO_EVENTO_1280x400

Le départ devrait être donné depuis l’EXPO GATE au Castello Sforzesco le samedi 6 juin 2015, en plein centre historique de Milan. Immédiatement, les aventuriers seront libres de commencer leur boucle vers le sud par la botte de l’Italie (jusqu’aux ferry de Bari et Brindisi) ou vers l’est par les Balkans. Deux checkpoints sont imposés dans le sud et le centre de la Turquie, afin d’aller chercher des terrains d’aventure et traverser quelques paysages mondialement célèbres, comme ceux de la Cappadoce, par exemple. Les participants devront ensuite prendre l’itinéraire opposé afin de réaliser une boucle de retour autour de la mer Adriatique. Nous aurons donc des vélos solaires un peu partout sur la carte du globe !

bandeau site route details

Aller-retour, ça donne une aventure d’environ 7 000 km, avec beaucoup plus de dénivelé qu’au Kazakhstan, peut-être des pistes en Turquie et des pays comme l’Albanie où les routes sont dans un état très aléatoire.

Bref, je pense que ça sera presque plus dur qu’un Sun Trip en direction d’Astana et la stratégie de choix de route sera encore plus importante.

6. En 2013 le Sun Trip en Turquie avait été marqué par le terrible accident de Jean-Marc Satgé, comment est appréhendé le retour dans ce pays ? 

Ça a évidemment été pris en compte dans la réflexion car le traumatisme de cet accident nous a tous atteint. La mesure principale sera l’interdiction d’accès aux tunnels pour les participants, car les ils sont trop étroits dans ce pays. Grâce à une carte recensant l’ensemble des ouvrages, il sera possible pour chacun de contourner ces dangers. Nous imposerons également un évitement d’Istanbul, par de courtes liaisons ferry imposées entre l’Europe et l’Asie.

L’accès à Istanbul est beaucoup trop dangereux pour les vélos. Les participants pourront toujours y faire un détour par ferry, ou alors peut être que certains pourraient être escortés car nous avons noué des liens avec Murat Suyatbatmaz, qui a été parmi les sauveurs de Jean-Marc Satgé en 2013. Président de la très influente ONG Bisikletliler Derneği qui défend les intérêts des cyclistes et la promotion du vélo en Turquie, Murat Suyatbatmaz va aussi nous aider à sécuriser les choses et nous mettre en contact avec tous les passionnés de vélo dans le pays. Ça sera certainement l’occasion de bien belles rencontres car l’accueil à la turque est légendaire.

7. Faut-il imaginer un retour au Kazakhstan dans les années à venir ? 

Il est trop tôt pour le dire. Aujourd’hui, toute l’équipe d’organisation, qui a travaillé très dur depuis un an et que je remercie très chaleureusement, se concentre sur cette édition 2015 en direction de la Turquie. Le budget d’organisation sera très réduit, il faudra donc être imaginatif !

Nous avions des projets jusqu’en 2017 avec le Kazakhstan, et le Vice-Ministre des affaires étrangères m’avait demandé en août dernier de réfléchir à un projet de Sun Trip très particulier pour 2017, en lien avec leur Exposition universelle sur les énergies futures. Il ne faut jamais dire jamais… Mais à ce jour la priorité est plutôt de se tourner vers le Maroc. Des discussions sont en cours et il n’est pas totalement impossible que dès cette fin d’année 2015 nos vélos solaires fassent parler d’eux en Afrique…

L’aventure du Sun Trip continue !

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK