J’ai gagné!!!!

Ne cherchez pas qui va gagner le Sun Trip. C’est moi. J’ai gagné! J’ai même doublement gagné!

Dans mon Sun trip, il y a trois challenges.

Le premier c’était d’être sélectionnée, d’avoir ma photo et celle de Yannick sur le site du Sun trip. Le challenge n’était pas facile. Il fallait convaincre l’organisation que moi qui n’étais pas une cycliste régulière, ni une aventurière aguerrie, et de plus atteinte d’un cancer incurable, je pouvais être à la hauteur de l’aventure.

La Sun Trip m’avait tenue en haleine tout l’été 2013. J’avais suivi avec curiosité et admiration cette aventure. J’avais lu le profil de tous les candidats et tous m’impressionnaient par leur parcours d’aventurier ou de sportif et leur ingéniosité.

Quand, début 2014, Florian annonçait un nouveau Sun Trip pour 2015, mes examens révélaient de nouvelles tumeurs sur deux vertèbres. Le sentiment de l’urgence, le besoin de conjurer ma peur et celle de mes proches m’ont convaincue de me porter candidate pour le Sun Trip. Je ne croyais pas avoir une seule chance d’être sélectionnée, il s’agissait de faire diversion, de jeter de la poudre aux yeux.

J’ai ouvert le blog « cancer et vélo solaire« . Je m’y suis épanchée sur ma maladie et mes envies d’évasion, presque à la façon d’une thérapie. Participer au Sun Trip est devenu quasi obsessionnel.  J’ai fini par y croire. Je me suis accrochée à cet objectif avec acharnement et conviction, comme on s’accroche à une bouée de sauvetage. C’est là que Yannick a compris qu’il était lui aussi embarqué dans cette aventure.

J’ai argumenté et j’ai convaincu. J’ai sorti tous nos atouts. Nous avons gagné cette première manche. Yannick et moi avons eu notre photo sur le trombinoscope parmi les tout premiers sélectionnés.

annonce premiers participantsv8Nous avons validé notre passeport de Sun Trippers en faisant un galop d’essai pendant l’été 2014 sur 5000 km en France avec nos prototypes de vélos solaires.

Il nous restait un an pour nous préparer complètement et être sur la ligne de départ.

Un an, c’est long quand on est atteint d’une maladie évolutive. Chaque bilan de santé peut révéler de nouveaux problèmes nécessitant un changement de traitement, un retour à la case chimio qui aurait anéanti la belle forme que je me suis construite en pédalant, avec des effets secondaires rédhibitoires pour une telle aventure. Depuis 5 ans, j’ai perdu l’habitude de faire des projets au-delà de 6 mois.

Des moments de doute, des peurs, de bonnes raisons de renoncer il y en eu : la radiothérapie sur les vertèbres, un nouveau ganglion sous l’aisselle extrait par curage axillaire suivi de radiothérapie jusqu’en mars 2015, des douleurs osseuses. Yannick m’a beaucoup aidée à tenir bon et à continuer à y croire. Souvent je le tire pour démarrer, mais ensuite il me pousse quand je n’ai plus la force d’avancer.

J’ai prié saint Herceptin et saint Sun Trip et ils m’ont entendue. Herceptin a bloqué efficacement mes cellules cancéreuses et Sun Trip m’a boosté à grand coup d’endorphines.

Mon dernier bilan de santé, tout frais, est bon. Mes métastases osseuses n’ont pas progressé, il n’y a pas de nouvelles tumeurs, mon état général est excellent, et depuis que j’ai repris un entrainement intensif, mes douleurs osseuses ont quasiment disparu. Herceptin, mon traitement actuel, suffit, pas besoin d’ajouter une chimio. J’ai l’accord de mon oncologue pour participer au Sun Trip.

J’ai gagné mon deuxième challenge : celui d’être sur la ligne de départ. Pour moi c’est une superbe victoire. Il y a cinq ans, au moment du diagnostic de mon cancer très avancé, jamais je n’aurais imaginé cela possible. Dépasser trois ans de survie me paraissait tellement peu probable. J’avais sacrifié l’idée de refaire à jamais de la randonnée, du vélo… et là, dans quelques semaines, je vais démarrer ce qui est de plus loin le défi le plus fou de ma vie. Que je sois ou non sur la ligne d’arrivée du Sun trip, ma joie d’être sur la ligne de départ est déjà immense, ma victoire est grandiose!

champagne

Le troisième challenge sera d’arriver à Milan au terme de deux mois et demi et 7500 km de vélos. Ce sera dur. L’été dernier nous avons fait 2500 km en 4 semaines. Il faudra en faire plus, plus longtemps, avec la chaleur et des dénivelés importants. Je ne sais pas si j’y arriverai mais nous avons mis toutes les chances de notre côté. Entrainement, vélos largement testés, organisation de mon traitement sur le parcours. Et j’ai un atout de taille : Yannick, croisement de Mac Gyver  et du professeur Tournesol, qui a fabriqué nos vélos et se sort de toutes les situations techniques. Nous avons aussi un tas d’amis, membres de nos familles, sponsors, qui nous soutiennent et nous permettent  d’en être là, pour lesquels nous avons envie de nous surpasser. Un grand merci à eux!

Si nous arrivons à Milan à vélo, nous aurons réalisé le « grand chelem ».

Rendez-vous à Milan mi août!

bébé

( Et n’oubliez pas de voter pour mon article en cliquant tout en bas sur la coche verte 🙂 )

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK