Jour 9 : Dispeliò > Gefira (167kms)

I have a drill
– Excuse me, do you speak english or french ?
– English, a little bit.
– Like me ! Can you help me ? I have a little problem with my special bike.
This is a solar bike with electric motor in the front wheel, batteries in trailer and solar pannels to charge batteries. So, the front solar panel structure is broken and i want a drill to make a hole and fix it. Do you have a drill ?
– I HAVE A DRILL !…

Ca aurait pu se passer comme ça, j'ai même commencé avec deux gars d'une station service qui malheureusement n'avaient pas de perceuse. La structure du toit solaire s'est rompu à force de vibrations et de chocs, si je trouve une perceuse, je suis sauvé.
Pourquoi faut-il que les problèmes techniques se produisent un dimanche, en Grèce, sur des routes très abimées et avec un vent latéral à 70km/h ?
En roulant vers Thessalonici, un homme, habillé en bleu de travail, sans casque, au guidon d'un scooter pourri essaie de me suivre. Je l'interpelle et il me dit qu'il parle français. J'explique mon problème et il m'invite à le suivre jusqu'à chez lui où nous pourrons réparer.
J'arrive dans un petit village grecque aux routes défoncées, il me présente à sa femme et à son fils, m'apporte les outils et s'en va voter. Je répare, il revient, vérifie. Il s'appelle Oioannidis. Sa femme, prof d'anglais, corrige mes fautes et me prépare un café et un sandwich. Un ami à eux arrive, Kostas, web-journaliste local, fait un reportage vidéo sur mon vélo et l'aventure du Sun Trip.
Oioannidis me déconseille d'avancer plus loin et me propose de dormir chez un ami à lui. Il m'y emmène, c'est à 500m de chez eux. C'est une maison vide, quittée du jour au lendemain, en 2008, par un grec voulant fuir la crise. Il rallume l'eau et l'électricité, me laisse prendre ma douche et je le retrouve chez lui après. Oioannidis et Kostas m'emmènent au restaurant typique où je me goinfre de bonnes choses. Il est 2h30 mais je vais dormir dans un vrai lit, Merci.

 Ma première tortue avait bien la dalle pour manger son copain le hérisson aplati

Un pompiste plein de bonne volonté mais qui n'avait pas de Drill.
  
Oioannidis au travail
  Kostas aussi fière de m'interviewer que moi de l'être
 Un repas traditionnel au restaurant grecque
 Oioannidis lors de mon départ
J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email