la Hongrie, le pays des recharges molles

 J’apréhendais la Hongrie, premier basculement vers une Europ plus dure. La langue, les conditions de vie plus tendues éloignent-ils les gens croisés de notre défi solaire ?

 Et bien les visages sont plus durs, la peur de l’Autre omniprésente, et pourtant la générosité déferle pourtant. Presque « trop », comme un torrent contenu.

Bonjour; je m’appelle Joseph

Comme ce brave homme qui devalise une boulangerie pour moi, et celui ci qui court dans son jardin me faire gouter tout ses fruits et ses légumes (non non non pas un sac de pommes de terre). Cette femme regrettant de m’avoir refuser une chambre, qui va me poursuivre dans la ville à velo pour me faire revenir et me laisser dormir dans son gîte grande classe.

IMG_0476

Ciel gris et moutonneux

 Helas, mon choix d’itinéraire plat et rectiligne est gaché par des routes dans des conditions déplorables, et un trafic inintérompu .Pour avancer coute que coute, il faut forcer, forcer encore. une seule fois en 5 jours une batterie depassera les 40 volts. Je tire, je tire. Je me cramponne pour resister aux camions, pour passer les nids de poules et les chaussées defoncées. remonter petit a petit ce retard sur le visa Russe.

Et toujours les nuages , l ombre des platanes, et les batteries molles molles

IMG_0553

Une epreuve physique et mentale qui m’use. Soudain, tout proche de la frontiere roumaine, je me rend compte… Je n ai pas manger en Hongrie…

Du pain, du miel , quelques fruits offerts, des fruits secs rien de plus sur 5 jours

IMG_0558

 

 

Aux grands maux les grands remèdes, une bonne dose de reconfort et c est reparti pour la Roumanie. Et les Carpates. La ou la tension nerveuse se suffira plus.

 

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email