La Turquie, c’est fini!

20 au 22 juillet – Edirne

Nous profitons de notre lundi à Edirne pour organiser mon transfert vers Toulouse (où je dois recevoir une nouvelle piqûre d’Herceptin) via Istanbul mardi matin et aussi faire un peu de tourisme en compagnie de Thomas Pollet. Grâce à Engin notre hôte Warmshower, nous convenons qu’il est finalement plus simple pour moi de rejoindre Istanbul en bus qu’en voiture de location. En allant à Bursa en bus, nous avons pu constater que les gares routières sont très organisées et la desserte en bus très riche en Turquie. Des bus partent d’Edirne vers Istanbul à 230 km toutes les heures. A Istanbul, une ligne de métro directe relie la gare routière à l’aéroport, et le transfert est donc simple.

La ville d’Edirne est agréable avec de beaux monuments, de larges avenues piétonnes, des façades anciennes bien conservées. L’anarchie habituelle et le mélange des genres architecturaux sont ici un peu domptés. La ville est animée et nous assistons à la cérémonie d’ouverture du festival annuel de lutte Turque avec une fanfare composée de tambours et flutes orientales étonnantes.

2015-07-20 Edirne - Bulgarie 001 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 014 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 017 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 026 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 027 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 033Cherchez l’erreur :

2015-07-20 Edirne - Bulgarie 039Cherchez l’horreur :2015-07-20 Edirne - Bulgarie 044 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 046 2015-07-20 Edirne - Bulgarie 054

2015-07-20 Edirne - Bulgarie 077
Nous apprenons en rentrant à l’appartement que la fête est gâchée par un attentat à la frontière avec la Syrie; il a fait une trentaine de victimes parmi des jeunes soutenant le parti révolutionnaire Kurde qui s’apprêtaient à amener des denrées pour aider à reconstruire des crèches à Kobané, ville kurde syrienne reprise à DAESH. En Turquie, les personnes avec qui nous avons pu discuter reprochent au gouvernement sa connivence ou son soutien relatif aux intégristes musulmans qui s’opposent au régime de Damas.  Cette politique est accusée de faire fuir les touristes qui sont effectivement absents cette année, et de faire monter une pression religieuse en Turquie. Certains turcs laïcs nous ont dit avoir peur de cette tendance et se préparer à immigrer si nécessaire. La Turquie est contrastée. Dans les villes côtières ou proches de la frontière européenne comme Antalya, Tekirdag ou Edirne, le port du voile est minoritaire. Mais ce n’est pas le cas dans le centre de la Turquie et dans une moindre mesure à Istanbul. Ici pas d’intégrisme flagrant non plus et il y a moins de femmes en Burka visibles qu’à Toulouse. Les femmes sont souvent habillées de long, noir le plus souvent malgré le soleil et la chaleur, et portent un foulard. On sent que la tradition religieuse est importante sur la société mais il y a aussi une forte tolérance et je n’ai par exemple jamais été embêtée en me promenant en tenue de cycliste. Cependant, il me semble qu’il doit être difficile pour les jeunes-filles en jean et T-Shirt (jamais de petites robes ou shorts) de résister à l’ordre moral ambiant quand elles à sont à ce point minoritaires. Nos interlocuteurs nous confirment que la pratique religieuse est en augmentation depuis quelques années. Je pense que ces fervents pratiquants n’opposeront pas une grande résistance en cas de création d’un état islamiste.

Jeudi 23 Juillet – Edirne – Haskovo (Bulgarie ) –  107 km

Après mon aller et retour à Toulouse, adouci par un bon moment avec ma cousine place du Capitole, nous reprenons la route ce jeudi matin bien que je me sente fatiguée. Nous partons tard et ferons une petite étape. Nous disons au revoir à nos hôtes de Trakya-Bisiklet, la Mecque du cycliste à Edirne, qui nous ont si bien accueillis.

2015-07-23 Edirne - Bulgarie 001 2015-07-23 Edirne - Bulgarie 007
Nous quittons la Turquie avec un pincement au cœur et le sentiment d’attaquer vraiment cette fois le chemin du retour. Cela fera bientôt deux mois que nous pédalons et je ne me lasse pas de ce voyage. A aucun moment je n’ai ressenti de l’ennui à remonter sur mon vélo. Je savoure ma chance de n’avoir rien d’autre à faire que pédaler, visiter, rencontrer, découvrir, pas d’autre souci que les éventuels problèmes de vélo. Si je n’avais pas ces échéances pour mon traitement, j’aurais même totalement oublié mon cancer.

Après la frontière bulgare, nous trouvons enfin une route bordée d’arbres et peu passante. Nous en rêvions et l’asphalte en mauvais état ne suffit pas à  gâcher notre plaisir!

 2015-07-23 Edirne - Bulgarie 015Demain nous continuerons notre route vers Sofia en empruntant des chemins de traverse.

Et n’oubliez pas notre fil rouge:

« Ensemble, prenons le cancer de vitesse ». Donnons pour Curie : http://macollecte.curie.fr/projects/the-sun-trip-2015-aventure-a-velo-solaire

Et si vous aimez nos articles n’oubliez pas de voter en cliquant sur le rond vert tout en bas !

flèche

If you
J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK