Laurent : à 700km d’Almaty

Je profite d’une pause repas dans une station service vraiment bien équipée (c’est rare).
Je viens de finir mon plat de riz et une part de gâteau ! La santé est revenue on va dire et il me reste encore assez de gras pour aller jusqu’à Canton.

Hier, je suis passé par la ville de Turkestan pour acheter des produits d’épicerie et tenir un bivouac que je sentait arriver pour cause de non visibilité de logement si je n’atteignais pas dans les temps une ville entre Turkestan et Chimkent.

Dans l’épicerie trouvée, point de pommes ou tomates. J’ai tout de même trouvé des bananes. Mais je rêvais de tomates je ne sais pas pourquoi ! Et sur ma route j’ai croisé un vendeur de bord de route qui vendait les tomates par seau entier. J’ai pas résister, pour 200 tenges j’ai eu au moins 2 kilos de tomates, un truc impensable en ville. Avec 200 tenges on a une bouteille d’eau !

Comme il y avait un fort vent contraire et que je n’étais pas trop plein de watt ni Silky One d’ailleurs, on s’est fait une pause dans un lieu abandonné. Il a fallut retirer des plantes et égaliser le terrain à coup de pieds. On a été repéré par un autochtone qui à traversé le site abandonné à dos de mulet (j’en croise souvent qui mènent leur petit rythme). Mais tout s’est bien passé.

Me voilà à 700 km d’Almaty qui est une très très grande ville et où je ferais peut-être une pause… À suivre.

 

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

1 Commentaire for “Laurent : à 700km d’Almaty”

benoit

dit :

super pour toi laurent bon appétit et deux kilos de tomates (quelle envie bizarre…), tu serais une femme on pourrait se poser des questions…. bonne route

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *