Le retour de la boucle turque

11 juillet 2015 – Ürgüp – Sultanhani – 140 km

Nous quittons la Cappadocce avec un pincement au coeur et revenons sur nos pas vers Sultanhani pour partir demain au sud du lac salé en direction du nord pour rejoindre Eskisehir. En prenant cet itinéraire nous voulons quitter les grands axes et rentrer dans des zones agricoles sans grandes villes pendant plusieurs jours. Nous fuyons les routes à 4 voies et les camions…

12 Juillet 2015 – Sültanhani – Bögrüdelik 150 km

En quittant Sultanhani nous roulons sur des tapis. C’est comme ça qu’on fait vieillir les tapis : on en couvre la route. Plus loin ces mêmes tapis sont colorés en rose ou en bleu et entrain de sécher dans la cour d’une fabrique.

2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 001Nous partons plein nord à l’ouest du lac salé. Malheureusement le paysage est tellement plat que nous ne le verrons quasiment jamais alors qu’il n’est qu’à 1 km de la route. La route que nous empruntons pour nous rendre au bord est barrée par une saline privée.

La terre est aride. Dans les champs irrigués on cultive, mais la plupart du temps il n’y a que des étendues de steppes où circulent des moutons et des bergers. Les villages poussiéreux constitués de maisons en briques de terre ont des airs de far west.

2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 009 2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 010 2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 020 2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 023 2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 035 2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 039

Petit à petit le paysage devient doucement vallonné et coupé de petits canyons où coulent des rivières vaseuses. Nous ne rencontrons que des villages agricoles, moutons, ânes, chèvres, oies. Les terres sont cultivées de champs de blé, orge, pommes de terre, épinards  (? ça y ressemble en tout cas), pavots, tournesol, et même du maïs. Des pompes permettent l’arrosage.

Nous installons notre bivouac en bordure d’un champ et observons les travailleurs saisonniers œuvrer dans un champ de patates jusqu’au coucher de soleil. Les tracteurs et moissonneuses travaillent eux jusque dans la nuit.

2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 042 2015-07-12 Sultanhani - Bögrüdelik 058

13 juillet 2015 Bögrüdelik – Emirdag – 145 km

La route est toujours vallonnée et les terres plus intensément cultivées. A l’approche des silos les remorques de tracteurs et camions font la queue pour décharger leur cargaison de blé.

A la sortie d’un village nous tombons sur une route en chantier. Le chantier semble arrêté. Il n’y a plus que les panneaux qui le signalent mais aucune machine ni ouvrier. La route en terre a été recouverte d’une couche de goudron liquide qui éclabousse nos jambes et nos vélos même en roulant très lentement. Nos pneus imbibés glissent et il faut veiller à ne pas tomber dans cette mélasse. C’est un cauchemar! Nous sortons de là couverts de goudron, et n’ayant pas de plumes nous nous arrêtons dès que possible pour acheter du beurre et du papier essuie-tout. Une station service nous accueille et met à notre disposition de l’eau et même une douche chaude. Nous passons trois heures à frotter le vélo avec du beurre pour ôter les couches de goudron. C’ est ensuite notre tour sous la douche.

2015-07-13 Bögrüdelik - Emirdag 009 2015-07-13 Bögrüdelik - Emirdag 012

Nous arrivons à Emirdag très fatigués par cette épreuve.

Et n’oubliez pas notre fil rouge:

« Ensemble, prenons le cancer de vitesse ». Donnons pour Curie : http://macollecte.curie.fr/projects/the-sun-trip-2015-aventure-a-velo-solaire

Et si vous aimez nos articles n’oubliez pas de voter en cliquant sur le rond vert tout en bas !

flèche

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email