Meeting a Turkish Fan // Paroles d’une fan turque


By Anick-Marie Bouchard, coordinator of Sun Trip 2015, based in Antalya.
Par Anick-Marie Bouchard, coordinatrice du Sun Trip 2015, basée à Antalya.

The first two participants were already gone, Éric was arriving just behind them. It was not as simple to organize something with him immediately after Bernard and Raf, who had been highly mediatized. I prefered something simple, a meet and greet in the park where many cycling groups gather, Ataturk park, between 5 and 7 PM. Les deux premiers participants étaient passés, Éric arrivait juste derrière. Il était moins facile d’organiser quelques chose pour son passage immédiatement après Bernard et Raf qui ont été beaucoup médiatisés. J’ai alors privilégié quelques chose de simple, un meeting dans le parc où se rejoignent de nombreux groupes cyclistes, le parc Ataturk, entre 17h et 19h.

Eric Morel Antalya Ataturk Park

A woman joined us on her bicycle, asking us to take a photo with her, as if we were holding the sun in our hands.She was asking us a lot of pictures, she wanted them like this and like that, and we were laughing a lot, lost in translation. Une jeune femme est arrivée à vélo et s’est jointe à nous, nous demandant de prendre une photo avec elle, comme si nous tenions le soleil entre nos mains.Elle nous demandait beaucoup de photos, elle les voulait comme-ci et comme-ça et ça nous faisait bien rire, coincés dans la barrière de la langue.

Eric and Fan

 At some point, I make a sign with my hand, giggling at the same time, as if I was asking her a coin as a tip for the photoshoot, as the little kids dressed in traditionnal clothing sometimes do in my memories of Peru. She didn’t take it the wrong way quite the opposite, she replied: « 1 TL No, Turkish çay ikramı Yes » – No, no money, but I’m offering you tea! » We didn’t dare refusing such an offer. À un moment, je lui ai fait un signe de la main en rigolant, comme si je demandais un pourboire d’une lire turque pour la séance de photo, comme le font les gamins en costumes traditionnels dans mes souvenirs du Pérou. Elle ne l’a pas mal pris, au contraire, elle a rétorqué: « 1 TL No, Turkish çay ikramı Yes » – Non, pas d’argent, mais je vous offre le thé ! » On n’a pas osé refuser une si belle offre.

The Eric

When she came back, we sat on the ground to drink tea, and I thought it would be nice to interview her, because that would make good images. I asked her only one question, what she thought of solar bikes. I was expecting  a brief answer, I never thought she would get so beautifully lyrical and enthusiastic. Quand elle est revenue, nous nous sommes assis par terre pour boire et j’en ai profité pour filmer en me disant que je pourrais l’interviewer, que ça nous ferait de belles images. Je ne lui ai posé qu’une seule question, ce qu’elle pensait des vélos solaires. Je m’attendais à une réponse brève, je n’avais pas pensé qu’elle me ferait une belle grande envolée enthousiaste sur le sujet.

She told us about her fascination for solar energy. Antalya is one of the sunniest cities in Turkey…  With great emotion, she confessed how incredible she thought it was for us to be able to come here using this energy, this vector of warmth that gets people close to each other. Then, she expressed her passion for cycling, her bicycle being really a friend to her, a true partner with whom she shares incredible moments. Her Antalya social life revolves around this passion for pedals. This common affection allows us to meet, to make our paths cross one another.Bicycles, vectors of health, encounters and happiness. A life philosophy!Of course, Éric and y looked at one another, recognizing our own language limitations. Back then, we couldn’t understand what she had said, but we knew it was beautiful, and that she was herself a beautiful person. And the girls said the same: « How beautiful Eric is! » So we ended this interview repeating together the most important word any visitor in Turkey should know:  Elle nous a confié sa fascination pour l’énergie solaire. Il faut dire qu’ Antalya est l’une des villes les plus ensoleillées du pays.Sur un ton ému, elle nous a dit à quel point il était incroyable que nous puissions nous rendre jusque là à l’aide de cette énergie, ce vecteur de chaleur qui rapproche les gens.Puis elle nous a parlé de sa passion pour le vélo qui est pour elle un véritable ami, un compagnon avec qui elle partage des moments incroyables. Sa vie sociale antalyenne tourne autour de cette passion de la pédale. Cette affection commune nous permet de nous rencontrer, de faire se croiser nos chemins.Le vélo, vecteur de santé, vecteur de rencontres et de bonheur. Une philosophie de vie !Et bien sûr, Éric et moi nous sommes regardés, reconnaissant notre inculture linguistique. On n’avait alors rien compris, mais on avait compris que c’était beau, ce qu’elle disait. Et que c’était une belle personne qui était à nos côtés. Les filles ont pensé la même chose, qu’il est beau, ce Éric ! Et on a fini ça en répétant en choeur le mot le plus important que tout visiteur devrait connaître en Turquie :

Güzel ! 


By Anick-Marie Bouchard, coordinator of Sun Trip 2015, based in Antalya.
Par Anick-Marie Bouchard, coordinatrice du Sun Trip 2015, basée à Antalya.


J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK