Michael Polak

 

– 44 ans – République Tchèque

Lanterne rouge du Sun Trip 2015 avec son vélo solaire en bambou, il est de retour en 2018 avec un engin totalement repensé.

Objectif : dépasser de la barre des 200 km par jour de moyenne sur les 12 000 km séparant Lyon et Guangzhou.

 

 


Son vélo solaire :

Vélo : Ce vélo couché à bas profil est un prototype – Lenochod-1 fabriqué par Cargobikes.cz sur la base d’une « structure spatiale » polyvalente réalisée sur mesure, pouvant être utilisée en configuration bas profil longue distance ou en vélo cargo urbain ultra-robuste. À suspension complète, il est équipé de carénage aérodynamique en aluminum léger. Sa taille est de 270 cm (sans la boîte de cargo).
Moteur:  Chinois générique direct-drive 1 kW importé par E-pohon.cz et utilisé avec le freinage regénératif.

Controleur: ESC3-AM sine-wave prototype conçu par PearControl.cz et fourni par E-pohon.cz. Il est probablement basé sur vesc-project.com (originellement conçu pour être un Contrôleur de Skateboard Electrique – ESC).

Batterie: 48V 21 Ah Li-ion, prototype conçu par JV-Labs.EU et scellé dans un boîtier imprimé en 3D, incluant in BMS chinois.

Panneaux Solaires: monocrystalins – 2 panneaux horizontaux (79 x 130 cm, total 380 Wc) visibles lors du déplacement. Les panneaux sont connectés à un contrôleur de charge MPPT générique. Le toit solaire peut aisément être démonté et est équipé d’un pare-choc avant pour plus de sûreté des piétons. Les supports de panneaux ont été pensés pour assurer l’intégrité du pilote comme des panneaux en cas de chute sur le côté.


Quelques mots de l’aventurier…

J’aime voyager dans des endroits que je n’ai jamais visités auparavant et où je ne reviendrai sans doute jamais dans ma vie. J’ai essayé de nombreux modes de voyage à petit budget, comme le voyage indépendant sac au dos, ce qui était probablement le plus intéressant – surtout quand je réussissais à sortir des sentiers battus. Mais bien sûr, je rêvais de voyager de façon encore plus autonome et indépendante, pas seulement via les trains, les bus et les scooters loués.

Je ne suis pas suffisamment entraîné pour profiter des traditionnelles balades en vélo longue distance où l’on transporte tout son bagage et son équipement de camping avec soi, mais l’idée des vélos solaires m’a intrigué dès que je suis tombé sur des vidéos les présentant sur YouTube, peut-être dès 2010.

J’ai construit mon premier véhicule à recharge solaire à partir d’un vélo électrique 36V d’occasion et d’une remorque en 2013, mais ce fut un échec complet – il s’est désintégré plusieurs fois pendant mon voyage test de 1300 km en Suisse. Une autre tentative fut avec un vélo tandem 24V avec un toit solaire en bambou, qui a effectué un voyage de 8000 km lors du Sun Trip 2015, et un vélo cargo conventionnel CT2, en recyclant les pièces de rechange qui ont survécu au projet tandem avec des panneaux solaires plus petits couvrant une énorme boîte de cargo en aluminium.

Le développement et l’innovation des vélos cargo sont peut-être un effet secondaire intéressant du développement du vélo solaire. Étonnamment, transporter de grandes quantités de charge utile sur un vélo électrique dans un environnement urbain est similaire au transport des bagages et des panneaux solaires à vélo. La nécessité de trouver des solutions propres innovantes pour la logistique dans les villes congestionnées et polluées est évidente, et les vélos électriques sont beaucoup plus facilement disponibles pour la population en comparaison avec les grandes voitures électriques, les camions et les bus.

Je m’intéresse de façon générale aux sources d’énergie renouvelables et nouvelles, j’essayais même d’acquérir une expérience pratique en utilisant l’énergie solaire avant de construire mon premier véhicule à énergie solaire.

Aussi, depuis mon enfance, je rêvais de concevoir différents types de véhicules, donc ce passe-temps de vélo solaire relie fondamentalement mon désir mature de voyager avec un rêve d’enfance de voyager avec un véhicule issu de mon propre design. La conception de mon cadre en acier léger Lenochod-1 s’inspire de l’ingénierie de la fin du 19ème siècle, l’Art Nouveau et aussi les premiers avions et dirigeables.

Le nom « Lenochod » est le mot tchèque pour le paresseux, un animal qui vit en Amérique centrale et en Amérique du Sud. En tchèque, nous inventons généralement des mots pour les plantes et les animaux du monde entier, même s’ils ne sont pas originaires d’Europe. Ce mot signifie littéralement « marcheur paresseux » et il est assez similaire au mot russe « Lunochod« , qui était le nom de leur module lunaire téléguidé assez réussi, dans les années 1970. En outre, le mot russe pour un véhicule tout-terrain est « vezdechod« , avec un sens proche de « peut marcher / rouler n’importe où ». Comme le nom russe pour le paresseux / bicyclette serait « Lenivec » (comme en tchèque), les russophones que je rencontre peuvent comprendre ou non le sens … qui sait!

Mon but ultime serait de concevoir et de construire un avion ultra-léger autonome, assisté de la recharge solaire, et de changer mon mode de déplacement indépendant des routes vers l’air. Cela nécessiterait un énorme bond en matière d’efficacité énergétique et de compétences en ingénierie, alors pour l’instant, j’essaie seulement de rattraper le niveau du rallye Sun Trip. Le savoir-faire et les compétences sont la première étape logique, avant de viser plus haut.

En ce qui concerne le Sun Trip 2018, je sais que j’ai besoin d’une efficacité de 6 Wh/km pour pouvoir parcourir au moins 200 km/jour avec une vitesse moyenne supérieure à 25 km/h. Je ne sais pas si j’arriverai à atteindre cet objectif, mais j’ai fait de mon mieux pour concevoir mon prototype de vélo solaire afin que ce soit possible.

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email