Off to Asia!/ Passage en Asie!

Day 29 – 24/06/2015 – 95,5 kms – Kestanelik à Istanbul

In the morning, we go have breakfast at the tea-shop located just under the celebration hall. Well actually, they only have tea because it is Ramazan. Mehmet (town sort-of mayor) even comes to say goodbye and hangs around with a bunch of friends from the village as the batteries are charging. When we ask if we can eat, he serves us another tea. We don’t dare take our provisions out, not knowing if that might be misinterpreted, but we are dying to eat something for breakfast. After a few minutes of painful fasting, we realise someone else was eating at the table behind us! So, we understand it is just the restaurant does not have anything else then tea but that we are free to eat here. We greedily take out our cookies! A random guy even offered us cherries!

Le matin, on va prendre notre petit-déjeuner au café d’en bas (peut-on dire « thé » d’en bas ?). Mais pas de petit-déjeuner, c’est Ramazan, ils n’ont que du thé. Mehmet, le « maire » du village qui nous a accueilli hier, vient nous saluer et traine dans la maison de thé avec nous le temps que les batteries se rechargent. Quand on essaie de demander si on peut manger quelque chose de notre sac, il nous sert un autre thé. Du coup, on n’ose pas sortir nos biscuits de peur que ce soit mal interprété, mais on a les crocs. Après quelques minutes de jeûne difficile, on se rend compte que quelqu’un à la table derrière nous est en train de manger. Comme quoi ! En fait, c’est juste le restaurant qui ne sert pas à manger pendant Ramazan (étrange me diriez-vous pour un restaurant) mais on peut enfin sortir nos provisions et manger comme des sacs ! Un type qui passait par là nous offre même des cerises !

IMG_1136

DSC_9649

P1000792

We take the amazing D-020 towards Istanbul. But, a few kilometers after Kestanelik, there is huge construction site in the distance, seeming to be a new road network, spreading out on several kilometres. Many trucks pass by us at great speed, blowing dust in our faces, and making the trip a little a less enjoyable. In Gokturk, we meet up with Cetin and his bycicle, another one of Murat’s friends (do I still have to mention it?), at gas station. He is wearing a very pro outfit, with bright yellow sunglasses. Cetin is a bike tour guide. However, I was expecting a car to escort me over to the Asian side of Istanbul, not a bike. But Cetin reassures me, he knows the best roads and ferry rides to cross over the Bosphorus. So we head to Sariyer, a town north of Istanbul, as I had planned originally, through a beautiful route in the forest of a national park. There are no cars, probably because the road is not of best quality (and that’s a euphemism), but I am sure this very peaceful way is the best and most pleasant to get to Istanbul when riding a bike. We then catch up with main road that leads us to the Bosphorus.

On prend la D-020 en direction d’Istanbul; Mais, quelques kilomètres après Kestanelik, on aperçoit un chantier monstrueux au loin ; on dirait un nouveau réseau routier, s’étendant sur plusieurs kilomètres. Des centaines de camions nous dépassent à vive allure, nous envoyant des panaches de poussière à chaque passage, ce qui rend la route un peu moins agréable. Nous retrouvons Cetin (un ami de Murat, dois-je encore le préciser ?) et son vélo dans une station-service de Gokturk. Il porte une tenue de cycliste très pro, avec des lunettes jaunes transparentes ne passant pas inaperçu. Il est guide à vélo pour les touristes du coin. Je m’attendais plutôt à une escorte en voiture pour traverser le Bosphore. Cetin me rassure, il connait les meilleurs chemins et les meilleurs ferrys pour passer côté asiatique. Nous continuons la route qui passe au nord, celle que j’avais l’intention de prendre à la base, et empruntons une petite route à travers la forêt d’un parc national. Il n’y a aucune voiture, surement parce que la route est de très mauvaise qualité, mais je suis persuadée que ça doit être la façon la plus agréable et sereine d’approcher d’Istanbul à vélo. Puis, nous rattrapons un axe plus important et rejoignons le Bosphore.

DSC_9661

DSC_9657

DSC_9663

What an amazing sight! As we cycle along the Bosphorus, down to the city centre, I observe this city I had visited around 14 years ago, trying to memorize each detail of the splendid scenery unveiling before my eyes. I don’t remember Istanbul being like this, at all. Has it changed so much, or am I confusing it with another city I’d been to? One thing is certain, this is clearly one of the most beautiful cities I have ever been to: beautiful villas hanging from the cliffs rising off the banks of the impressively blue Bosphorus under which stylish seafood restaurants are greeting passengers of boats coming and going to each side of the Strait, and stunning immaculate white mosques, rising up from a little everywhere, with their charming multi-coloured minarets. We cycle past the imposing Rumelihisari fortress built in 1452 to protect the Strait and I leave Chris to his couchsurfers on my way, well I mean to Seyda’s sister, who accepted to host him, to the ferry docks. It was a real pleasure sharing a bit of this adventure with him, hope to see him again in the near future. With Cetin, we continue riding down to the Fatih/ Harem ferry crossing point. First time on a boat for Roger! As we are navigating towards the Uskudar block, I realize that, well, I’m already in Asia!

Un panorama magnifique! Alors que nous longeons le Bosphore pour rejoindre le centre-ville, je contemple cette ville que j’avais visitée il y a plus de 14 ans, m’efforçant à imprimer chaque détail de ce paysage unique. Je ne me souviens pas du tout qu’Istanbul ressemble à ça. Ca a tant changé que ça en une quinzaine d’années, ou est-ce que je confonds avec une autre ville? En tout cas, c’est clairement une des plus belles villes que j’ai visité : des villas splendides accrochées aux falaises qui se dressent le long du Bosphore d’un bleu roi pure et noble, sous lesquelles s’activent une série de restaurants de fruits de mer raffinés, accueillant les passagers des bateaux allant et venant d’un bord à l’autre du détroit, et de grandes mosquées blanches immaculées avec des minarets de toutes les couleurs qui se glissent un peu partout dans le paysage. On passe devant l’imposante forteresse Rumelihisari, construite en 1452 pour protéger le détroit. Je laisse Chris à ses couchsurfers, enfin à la sœur de Seyda, chez qui il a trouvé refuge. Ça a été vraiment un plaisir de partager ces quelques aventures avec lui, et j’espère le revoir bientôt ! On continue avec Cetin jusqu’aux quais du ferry Fatih/ Harem, tout au Sud du Bosphore. Alors que nous naviguons en direction du quartier d’Uskudar, je me rends compte que, ça y est, je suis en Asie !

DSC_9693

DSC_9704

DSC_9708

DSC_9710

DSC_9712

I meet with the Alstom Office and especially with Bilgin, the Turkish woman who volunteered to host me for two nights. She immediately makes an impression, speaking perfectly French (has lived in France the first 7 years); she seems to be a woman with quite a history. After a few pictures, Murat, the man behind the mask and with so many friends, makes his appearance! I had already met him in Milan and in Chambery, and it is a pleasure to see him again. Murat thus partakes to the little Alstom meeting during which employees ask me different questions about my adventure. They are really surprised when they realise that I am not a professional cyclist at all, having barely trained for this adventure. Murat offers me little present with bicycle symbols all over them: a key ring, a bracelet, and earrings (he couldn’t have known I didn’t have my ears pierced). Once again, I can’t find the words to thank this man.

Je retrouve le bureau d’Alstom, et je rencontre Bilgin, la femme turque qui s’est portée volontaire pour m’accueillir pendant mes deux nuits à Istanbul. Elle me fait tout de suite une forte impression, elle parle parfaitement français, ayant vécu 7 années de son enfance en France. On sent que c’est une femme qui doit avoir une sacrée histoire. Après quelques photos, Murat, l’homme derrière le masque, fait son apparition ! Je l’avais rencontré à Chambéry et à Milan, et c’est un plaisir de le revoir chez lui à Istanbul. Il participe donc au petit meeting pendant lequel les employés d’Alstom me posent des questions sur cette aventure. Ils sont très surpris quand ils apprennent que je ne suis pas du tout une cycliste avérée, m’étant à peine entrainée pour cette aventure. Murat m’offre des petits cadeaux avec un thème récurrent : le vélo ! Un porteclé, un bracelet et des boucles d’oreilles (bon il ne pouvait pas savoir que je n’avais pas les oreilles percées !). Une fois encore, j’ai du mal à trouver les mots pour le remercier !

DSCF1391 

After the meeting, Bilgin drives me to her home. On the way, we pick up two other employees, one of which had also volunteered to host me: Georgios,  the ****** Greek (seems to be his nickname), and Antonio, Spaniard. Bilgin is a lively women, cheerful and friendly. She has a twenty year old son, but seems much younger in the way acts and jokes. They look like a family, the three of them. She has prepared traditional Turkish dishes just for my arrival in very (very) large quantities. Her son, Kuthan, arrives just in time for dinner. He is a bright-looking young man, with a slight devil-may-care attitude, revealing his artistic side. As we are savouring each of the different plates set out before us, we talk about the crisis, about what it has changed for countries like Greece and Spain, especially in terms of purchasing power. Georgios believes Tsipras is a joke, he is certainly not the solution, although defying the European Union on the debt is, from his point of view, the right thing to do. People are suffering. “The Greek are very similar to Turks, we’re actually the same people, with different religions” Bilgin tells me. For Georgios, living in Turkey is like being at home. Antonio on the other hand, doesn’t feel the same way and will head home in a few months. One thing is certain, I may not be at home but if I eat every night like that in Turkey, I’m certainly not going to lose any weight, regardless the number of kilometres I travel.

Après la réunion, Bilgin me conduit chez elle. Nous nous arrêtons récupérer deux autres employés Alstom en chemin, dont l’un s’était également porté volontaire pour m’accueillir : Georgios le p***** de Grec (c’est son surnom officiel, je précise), et Antonio, l’espagnol. Bilgin est quelqu’un de très dynamique, enjouée et qui a l’air très fidèle en amitié. Elle a un garçon de vingt ans, mais semble beaucoup plus jeune dans sa façon de s’exprimer et de plaisanter. On dirait une famille, ces trois-là : ils se chambrent et ne font que rigoler. Bilgin a préparé des plats traditionnels turcs pour mon arrivée en très (très) grande quantité. Son fils, Kuthan, se pointe à l’heure du repas. C’est un jeune homme qui m’a l’air pas con du tout, avec une touche de je-m’en-foutisme, révélant un côté un peu artiste débridé. Alors qu’on se délecte en goutant à chacun de ces mets divins, on refait le monde en parlant de la crise, de ce que ça a pu changer pour des pays comme la Grèce et l’Espagne, surtout en termes de pouvoir d’achat. Georgios nous dit que Tsipras c’est une grosse blague, ce n’est pas un homme de confiance, bien que confronter l’Union Européenne sur la dette Grecque était indispensable selon lui. Les gens souffrent trop. « Les grecs sont très proches des turques. En fait, nous sommes le même peuple, avec des religions différentes » me dit Biglin. Pour Georgios, vivre en Turquie n’a rien d’exotique, c’est comme être à la maison. Ce n’est pas le cas de Antonio Une chose est sûre, je ne suis peut-être pas à la maison, mais si je mange autant partout en Turquie, je ne suis pas prêter de perdre du poids, peu importe le nombre de kilomètres que je ferais !

IMG_1147

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK