Prendre les Russes comme ils sont …

Entrée en russie par le ferry de Kerch, avec une note d’apréhension. J’ai un peu de bouteille, et je me doute bien que la russie ne sera pas une partie de plaisir. Je m’attend au pire, et bien la devise de ma sœur s’avère encore vérifiée : « Le pire n’est jamais décevant »IMG_0949

Les Douaniers Russes

J’en ai taté du douanier, mais là, chapeau. Il ausculte, il palpe, il examine à la loupe encore et encore, et il scanne et il scanne. La photo, ma tronche , la photo , ma tronche.

S’il est impassible, je reste l’essence de l’impassibilité. Le duel a commencé.

10minutes de simagrées c’est classique, mais là.. un geste sec, range toi sur le coté et laisses passer les autres. Et ils passeront tous..Au moins le velo est au soleil.

Le temps passe. Pas moyen d’établir un contact visuel avec la troupe de glandus ( de douaniers) qui papotent et fait rester les gens en ligne. Je sors le document du Suntrip, et entreprends de mémoriser en répétant à voix haute le message.

« je participe a une course de velo solaire. Mon visa est en règle, j ai toute les autorisations bla bla bla.. mon embassade est au courant « . Plus personnes , nos douaniers s’ennuient. Un contact visuel? non , ils ont les yeux fuyants. Pas encore le bon moment.

Une autre salve de voyageurs.. j attends. En parlant de salve, apres celle la, reste seul le preposé à la file  indienne est maintenant tout seul. je profites de la fin de leur passage pour faire mine de m’avancer. Le preposé est obligé de s’avancer et de me parler.. j ai gagné. Je reprend l’avantage.

« -Il y a un probleme ? Il s’approche du guichet et demande.
-Oui vous etes en retard sur le visa .
-Oui, la Russie c’est loin et j ai cassé mon velo en Ukraine

Je glisse mon papier sous les yeux du préposé qui lit a voix haute le message russe pour son collègue… Je lève les yeux, l’impassible ne sille pas. Arrivé a la phrase « visa en règle » , le salopard ferme le fenestron de sa guérite.

Alors là, j en ai un de classe olympique.
Nouvelle attente longue, interminable. L’impassible ira faire une pause et puis un déclic soudain le guichet s’ouvre le passeport tendu.

Je suis arrivé en Russie avec 15jours de retard, me voici avec 15jours et 2 heures.

Une statue érigée à un Douanier inconnu est plantée à la sortie du port, au milieu des marécages. Vessie soulagée sur ses bottes, il est resté impassible.

La Russie est aux russes , et la route est aux c…

Mes premiers kilometres en Russie me donnent rapidement le ton.
C’est d’abord les klaxxons rageurs… un vélo qui ose mordre sur l’asphalte …

Elle est pourtant large cette route avant une bande blanche et un petit 50 à 60cm de bitume bien plat pour caler mon engin à un rythme et une douceur de roulement  que j’avais oublié…

Mais non, ça empire.. plus loin, un camion me fait une queue de poisson, pile et le chauffeur outré m’invective à la fenetre, les bras au ciel…
un autre debout sur le klaxxon me dépasse et se rabat sur le bord de la chaussée pour mettre ses 3 essieux sur la bande d’arrêt et continuer sa route ..

la route est à moi , et toute entière rien qu’à moi

Plus loin un kéké ouvre la fenêtre, et me hurle dessus … eh,  il m aurait pas craché dessus là ???

 Prendre les Russes comme ils sont

Ce matin, je pars en quete d une carte routiere. En effet comme la carte de russie et d asie  sur mon GPS ne se charge pas.. Au petit matin, dans le premier magasin venu, les serveuses s’affairent à mettre en rayon les livraison du jour

Une carte ??? il faut voir au kiosque à journaux .. à trois kilometres.. c’est long les villages russes. Une cliente me rattrape s’assure de ce dont j ai besoin et s’en va. Les serveuses à la fenetre me mitraille de leur telephone portable et me disent d’attendre. Revoilà cette brave femme qui revient avec un atlas complet, Russie, Kazakhstan, tout y est.

Un grand sourire, et un signe vigoureux de la main : pas de photos souvenirs, elle s’en fiche… Plus loin pause déjeuner dans un café, là aussi un client passe commande et regle l’addition avant même que j’entre dans la salle. Revigorant.

 Et avec tout ça :

Je laisse le couplet du Français râleur de coté.  Je suis plongé dans un ailleurs, avec des hauts et des bas. Avec des immenses plaines marécageuses, haut lieu de l’élevage du moustique, le millier de kilomètres qui m’attend, l’alphabet cyrillique, le trafic ininterrompu , j ai mieux à faire.

 Je laisse couler les émotions, les envies de coups de pied, les petites phrases assassines qui me viennent, mais à la force des kilomètres parcourus et de l’effort à venir, je ne vais pas me recroqueviller. Aujourd’hui je vais apprendre le mot respect en Russe.

 

 

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK