Roger, the Sun King/ Roger, le roi soleil

Day 13 – 08/07/2015 – 145 kms – Treviso à Malchina
Total kms : 1474

Yesterday’s evening was mythical. Nothing really exceptional, just a good old « Spanish Inn » atmosphere in a quiet neighbourhood North of Treviso. David has very nice neighbours, so nice, that they even decided to remove the wall between their two gardens! And so it’s with open windows and doors that the house welcomes the neighbours whenever they feel like dropping by. David, an English teacher with an artist’s but also an adventurer’s soul, speaks a perfect English and French. All the others speak nothing but Italian. In spite of my desperate efforts to make myself understood with what’s left of my Spanish, David obviously ends up translating everything. We talk about cycling and traveling, and of David’s dream to go ride in Central Asia. Roger also becomes the intrigue of the evening.

“ How does it work? But does it really work?

He’s so exceptional to my hosts that he gets to be re-baptized “Roger, the Sun King”! “Coz he’s French”!  

La soirée d’hier soir fut mythique. Rien d’exceptionnel, mais une ambiance à l’auberge espagnole dans un quartier paisible au Nord de Trévise. David a de charmants voisins, si charmants, qu’ils ont même fait tomber le mur entre leurs deux jardins ! Du coup, c’est maison ouverte, chacun est libre de se balader chez les uns et les autres au plus grand bonheur de tous ! David professeur d’anglais avec une âme d’artiste mais surtout d’aventurier parle un anglais et un français exceptionnel et les autres ne parlent rien d’autre que l’Italien. Du coup, malgré mes efforts pour essayer de me faire comprendre avec mes restes d’Espagnol, c’est David qui fait la traduction ! On en vient à parler de voyages à vélo, et du rêve de David d’en faire en Asie Centrale. Roger aussi devient l’intrigue de la soirée.

« Mais comment ça marche ? Et ça marche vraiment ? »

Il retient tellement l’attention de mes hôtes que ceux-ci décident de le rebaptiser : « Roger, le roi soleil » ! « Parce qu’il est Français » !

FullSizeRender - Copie

« King sun » ? Yes well, king of the cold sun, because Roger actually dosen’t really like the heat. When it’s really hot, it seems the panels don’t charge as well as when it’s cold. Strange, isn’t it? That’s what I observed anyway when passing the Mont Cenis, where the sun didn’t seem to be that strong and it was really cold. Well, the panels seemed to have an extremely good efficiency!

Le roi soleil… Oui enfin, le roi du soleil froid, parce que le soleil chaud, il aime moins. Lorsqu’il fait froid, il semble que les panneaux rechargent beaucoup moins bien que quand il fait frais. C’est étrange certes. C’est ce que j’avais pu observer lors de mon passage au Mont Cenis, où le soleil ne donnait pas l’impression d’être si fort et où il faisait particulièrement froid. Mes panneaux avaient un super rendement!

DSC_9053

Today, I was a bit more tired than the other days. I’ve been on the road for almost two weeks now. Hopefully, there is always someone to cheer me up or with a little hoot and a thumbs up sticking out of the window, or with applauses and cheers from inside a car passing me by, or with the gentle words people come and greet me with.

Aujourd’hui j’ai eu quelques coups de mou, la fatigue commence à se faire sentir. Ça fait presque 2 semaines que je suis sur les routes. Heureusement, il y a toujours quelqu’un pour m’encourager soit par un petit klaxon suivi d’un pouce sortant d’une fenêtre, soit par des applaudissements venant d’une voiture qui me dépasse, soit tout simplement par les mots des gens qui viennent me parler.

DSC_9058

To Bernard’s disappointment, Bernard who is currently riding to victory, arriving, it seems, as he had promised himself in time to take the ferry at Bari (900 kms in 3 days !), I quite like the option of riding fast and stopping a few hours to charge the batteries, allowing me to take my time to eat lunch, relax and not burn at the worst part of the day! An option working only when the weather is good of course. Furthermore, ridding fast refreshes my engine, and my skin, which has suffered severe burns, as one of the things you forget when you’re alone is that it’s complicated ask a complete stranger to put sun cream on an inaccessible but vital part of your body: your back.

Au grand désespoir de Bernard, qui file vers la victoire, arrivant, il me semble, comme il se l’était juré à Barri à temps pour attraper en ferry (900 kms en 3 jours !), je suis assez partisante de la solution je roule vite et je m’arrête quelques heures en pleine journée pour faire le plein des batteries, ce qui me permet de déjeuner tranquillement et de ne pas cramer en plein zénith, solution valable uniquement en cas de très beau temps évidemment ! En plus, rouler plus vite permet de refroidir à la fois le moteur, et la surface de ma peau qui, faute de bras extensibles, a pris un sacré coup dans le dos ! Du coup, je fais quelques grosses pauses et je trace comme une flèche juste après.

DSC_9055

Arriving in Monfalcone, my destination point, I have a little dilemma: stop here or continue? It’s 8 pm and contrary to other nights where I had planned to sleep at couchsurfers’ and warmshowers’, tonight, I haven’t planned anything, and there aren’t a lot of places to set up your tent around here. This is where the adventure really begins! Worst case scenario, there are hotels in this city, but if I continue, then I have to start climbing the Slovenian mountains. I really don’t know what’s up there. C’mon, let’s try it, worst situation, I still have my tent. In Malchina, a small village I had seen on the map Italian-side, I come across a man playing with his granddaughter. I stop to ask him (still using sign language) where I can sleep, very naturally. He tells me about a few motels around but doesn’t seem convinced, as from his point of view, its way too expensive. After asking me if I have a sleeping bag, he asks me to follow him qand opens… his bar! A slight smell of beer, wine and Italian ham floats in the air. I think there was a party going here yesterday. The light inside is dim and hangers on the wall translate restaurant vocabulary from Italian to Slovenian. I can recognize a few of them derived from Russian. He tells me he’s got no place at home, but this is solution ”free of charge” : I can put two tables together, and there we go, we’ve got a bed! Just perfect!      

Arrivée à Monfalcone, dilemme : je continue à la frontière ou je m’arrête là ? Il est 20 h et contrairement aux autres soirs où j’avais fait appel à warmshowers et couchsurfing, ce soir je ne sais pas où je dors, et il n’y a pas trop d’endroit où planter sa tente. L’aventure commence vraiment ! Ici il y a des hôtels au pire, après on commence à grimper dans les montagnes slovènes ! Je ne sais pas du tout ce qu’il y a comme abri là-bas. Allez, je la joue gagnante, au pire il y a toujours ma tente. A Malchina, un petit village que j’avais repéré côté Italien, je tombe sur un homme en train de jouer avec sa petite fille. Je m’arrête et lui demande (toujours en langage des signes) si il sait où je peux dormir, très naturellement. Il m’indique quelques auberges du coin mais très vite me les déconseille en me disant que ça coute beaucoup trop cher pour ce que c’est ! Après m’avoir demandé si j’avais un sac de couchage, il me demande de le suivre juste à côté et m’ouvre la porte d’un… bar, le sien. Une légère odeur de bière, de vin et de saucisson Italien flotte dans l’air. La lumière est tamisé et des posters sur le mur traduisent le vocabulaire de la restauration d’Italien en Slovène. J’en reconnais quelques-uns dérivés du Russe. Je pense qu’il y a eu une fête la veille ! Il me dit qu’il n’a pas de place chez lui mais qu’il peut me proposer une solution « free of charge » : je n’ai qu’à mettre deux tables ensemble et paf, ça fait un lit ! Parfait !

DSC_9072

DSC_9064

DSC_9071

DSC_9086

After tasting a few slices of Italian sausage and cheese in the only little restaurant in the village, I’m going to sleep like a baby and will wake up early to cross the Slovenian border! Italy’s already over!

Après avoir dégusté quelques tranches de jambon et fromages italiens de la seule petite trinquette du village, je vais dormir comme un bébé et me réveillerais aux aurores pour traverser la frontière Slovène ! L’Italie, c’est déjà fini L !

FullSizeRender (1) - Copie

J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK