Shanghai-Lille : interview de Thibaut Dubrulle à mi-parcours

A la fin juillet 2011 je saluais le départ d’un jeune et dynamique Français pour un nouveau périple électro-solaire, de Shanghai à Lille. En cette mi-septembre Thibaut Dubrulle est arrivé à l’autre bout de la Chine à Kasghar, pour une étape importante car représentant presque la moitié de son périple de 13.000 km.

A cette occasion, j’ai posé quelques questions à Thibaut, pour savoir comment ce voyage en vélo électrique-solaire se passait et quelle était la suite du programme. Je précise que Thibaut devrait faire son entrée en France début dans les premiers jours du mons de décembre prochain, en passant par la Savoie (trés certainement).

Tu viens d’arriver à Kashgar, à l’extrême ouest de la Chine, que représente pour toi cette étape ? Au bout de cette traversée, quel visage de la Chine garderas-tu en tête ?
Mon arrivée dans la mythique ville de Kashgar, carrefour de l’Asie Centrale mais surtout dernière étape avant le passage de la frontière est accompagnée de beaucoup d’émotion. J’ai surmonté les dangers du trafic, la chaleur, les montagnes, les problèmes techniques et je m’apprête à quitter ce pays après y avoir vécu pendant 4 ans. Je n’aurai pu espérer avoir une meilleure image de la Chine ! Traverser d’Est en Ouest l’immensité de cette république populaire à vélo m’a conforté dans ma fascination pour la Chine et permis de mieux comprendre et admirer la culture Chinoise. Les superbes rencontres que j’ai faites au cours des 50 derniers jours me donnent l’impression d’appartenir à ce pays où je garde des images fortes de curiosité, de courage et d’un dynamisme à toute épreuve. Ma prochaine mission au sein du groupe Mobivia devrait me permettre de retourner à Shanghai, j’ai déjà hâte.

D’un point de vue technique es-tu content de ton vélo ? 
Un des objectifs du voyage est de tester le matériel que nous utilisons pour les produits vendus en France. C’est un bon moyen de pousser au maximum la résistance des pièces. Le résultat est pour le moment très concluant pour les pièces électriques, moteur, controleur, display, batteries, j’ai eu juste un problème d’assemblage sur une batterie. Le vélo est un prototype et il n’y a pas eu de contrôle qualité comme nous les effectuons en fin de ligne pour la production classique. Le Watt’sup remplit parfaitement les objectifs que nous nous étions fixés, je les ai même réalisés avec deux batteries alors que nous en avions prévu trois. J’attends cette dernière pour me lancer à la conquête des hauts sommets Kirghiz.

Quelle est ta moyenne kilométrique journalière ? Ta vitesse moyenne ?
Mes performances dépendent de plusieurs facteurs: Le dénivelé, le vent, l’état de la route, le soleil (pour mon panneau), ma forme physique, l’absence de problème technique (crevaison…). Aventure électrique est avant tout un défi technologique car avec le poids de mon équipement (environ 150 kgs) il m’est très difficile de faire de bonnes performances sans assistance. Sur le parcours Chinois, j’ai roulé sur de bonnes routes avec un dénivelé raisonnable et la possibilité de recharger mes batteries sur secteur régulièrement lorsque le soleil était au rendez-vous. J’ai réalisé une moyenne de 135 kms par jours avec une moyenne de 20 km/h. Ça représente des journées de 7 heures de vélo.

L’intégralité de l’interview : ici

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *