Termoli – Marghareita de Soleia

Jeudi 11 juin – Termoli – Marghareita de Soleia – 140 km. Soleil – Nuages.

Aujourd’hui un post pour répondre à ceux qui disent sur Internet qu’on doit traverser de beaux paysages. Oui parfois, mais il faut bien reconnaitre qu’une grande partie du temps en Italie ressemble plutôt à ça :

photo1

Et encore, la route est large, roulante et avec de grands accotements à cet endroit. En revanche, depuis Termoli particulièrement , la SS16 est bordée d’immondices. A distance régulière des prostituées interpellent les nombreux camions.

 

What the fuck ?

photo2 photo3 photo4

Nous quittons cette route pour emprunter des routes secondaires que nous espérons plus agréables. Le revêtement est défoncé, en très mauvais état et nous reprenons nos habitudes de VTTistes. Malgré tout, il y a parfois des tronçons de routes droites, larges et vides. Nous roulons à fond de troisième (30km/h, 150 Watts). La campagne est vide de villages. Pendant 100 km nous ne croiserons pas un clocher. Juste quelques grandes fermes isolées fermées par de grosses chaines, des carrières, des pyramides de cailloux, des camions et des voitures pressées. Un paysage aride parfois cultivé avec des tracteurs et des gens qui travaillent dans les champs. Où vont-ils, où dorment-ils, comment s’approvisionnent-ils ?

photo5

Une pyramide ?

photo6

Un gros trou !

photo7

Ici la main d’œuvre n’est pas chère. Elle arrive en bateau.

photo8

photo9

Poussés par l’orage nous roulons 100 km sans nous arrêter espérant enfin trouver un village où nous abriter éventuellement. En vain. Nous finissons par grignoter un morceau à l’ombre d’une ferme usine en observant le cumulonimbus qui gronde à 2 km. Nous repartons vers la côte, bien décidés à nous poser au premier camping venu. Peine perdue à Zaponetta. Ici la côte n’est pas touristique. Il s’agit juste d’un village d’ouvriers agricoles, fait de cités, sans charme et même sans commerces. La route est bordée à droite par un immense étang et à gauche par des terrains de cultures maraîchères jusqu’à la plage. Nous poussons encore jusqu’à Marghareita de Soleia où nous retrouvons une ambiance un peu touristique et un camping avec un bar et de la musique de daube italienne ! Du coup l’orage est loin derrière nous. Baignade relaxante et bière selon les prescriptions du Professeur Maboulette alias Cauquil.

photo10 photo11 photo12

Demain nous embarquerons pour l’Albanie. Il ne reste que 80 km avant d’arriver au ferry.

Et n’oubliez pas notre fil rouge:

« Ensemble, prenons le cancer de vitesse ». Donnons pour Curie : http://macollecte.curie.fr/projects/the-sun-trip-2015-aventure-a-velo-solaire

Et si vous aimez nos articles n’oubliez pas de voter en cliquant sur le rond vert tout en bas !

flèche

 

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email