There we are: Official departure in Milano/ Nous y sommes: Départ officiel de Milan

Day 11 – 06/06/2015 – 168 kms – Milano – Sona

There we are, at the official departure we’ve all been waiting for. My family & my fiancé have all come from different places just to see me a few days (or a few hours for others). I’m so concentrated on the departure that I don’t even have the time to fully realize that I won’t see them for some time and that I am leaving for good. Nevertheless, these past few days, discovering Milan, assisting to Edison’s press conference, visiting the Expo 2015, with all its crazy country pavilions and animations, and going to see “Le cirque du soleil” (so appropriate by the way!), have been full of amazement and emotions.

Nous y voici, le départ officiel que nous attendons            tous. Ma famille et mon fiancé sont venus d’un peu partout juste pour me voir quelques jours (et même quelques heures pour certains. Je suis si concentrée sur le départ que je n’arrive même pas à réaliser que je ne les verrais pas pour un moment et que je pars pour de bon. Il n’empêche que ces derniers jours ont été rempli d’étonnement et d’émotions : découvrant Milan, participant à la conférence de presse d’Edison, visitant l’Expo 2015, avec ces pavillons et animations démesurés, et allant voir « Le cirque du soleil » (très approprié d’ailleurs).

DSC_8949

DSC_8989

DSC_9009

DSC_8967

But there we are, and, despite how much I wanted to be ready for this, I guess you really never are. I can’t help those crocodile tears from bursting out. I’m leaving it all. Obviously not forever, but still. From now on, I’m alone. Another beautiful gift, after Camille’s bell and Laurent’s adventurer’s book, a simple plastic whistle, was given to me by a friend of Tom Papay taking pictures. I don’t know the name of that man but I truly treasure this gift. As he explained: it’s the only thing drivers are really scared of: police. They hear that whistle blowing, and be sure they won’t bother you on the road! I should have thought about it… I’ll keep it around my neck from now on!

Mais nous y sommes, et, bien que j’ai tout fait pour être prête à temps, bon j’imagine que tu ne l’es jamais vraiment. Je ne peux pas m’empêcher de verser quelques larmes. Je quitte tout. Bien sûr pas pour toujours mais quand même. A partir de maintenant, je suis seule. Et avec un cadeau magnifique de plus, faisant suite aux deux précédents (la sonnette de Camille et le livre d’aventurier de Laurent). Un simple sifflet qui me fut donné par un ami de Tom Papay qui prenait des photos. Je ne connais pas le nom de cet homme mais je lui en suis franchement reconnaissante. C’est la seule chose dont les conducteurs ont réellement peur : les flics ! S’ils l’entendent, on peut être sur qu’ils ne nous dérangeront pas sur les routes. J’aurais du y penser… A garder autour du coup !

Facebook-20150607-123124

3… 2… 1… There it goes. The group stays packed for the time the policeman escorts us on a 1 km loop, and then goodbye! Alevederchi tutti! With my roommates from Turin, and Francois and Paul, we follow each other for a few minutes… Then, our roads split at last, and it’s not that easy to let them go. The beginning of friendship? Gregarious instinct? I do not know, but I’ll be looking their progression for sure until the end!

3… 2… 1… C’est parti. Le groupe reste ensemble le temps de se faire escorter par le policier un petit kilomètre, et puis, au revoir ! Alevederchi tutti! Avec mess collocs de Turin, plus Francois et Paul, nous continuons sur la même route un temps… Ensuite, nos chemins se séparent, et ce n’est pas si facile de mon côté. Un début d’amitié ? L’instinct grégaire ? Je ne sais pas, mais je vais les surveiller de près jusqu’à la fin du voyage !

The objective for tonight: Verona’s suburbs. As I cycle through North Italy, it is still as flat, but soon, rice plantations are replaced by acres and acres of vine. It’s extremely hot and the air is very heavy, I even have trouble breathing at times. Good exercise for Turkey I guess! I take a few breaks on the way to relax under the shade of the trees. Several farmers come to greet me and ask questions about my bike. “yo no parlo Italian”… Sign language again. Marco, a sympathetic guy working in solar panels, biking by my side, is very intrigued. “Does it really work?” At the end, he seemed convinced!

DSC_9034

DSC_9030

DSC_9037

L’objectif de la journée : les banlieues de Vérone. Alors que je traverse le Nord de l’Italie, pas beaucoup d’évolution de relief, mais bientôt j’apercois les vignes qui viennent remplacer les interminables cultures de riz. Il fait vraiment très (trop) chaud, j’ai même du mal à respirer. Un bon exercice pour la Turquie du coup. Je me prends quelques pauses bien méritées en chemin et me repose à l’ombre des arbres. Quelques fermiers du coin viennent me saluer et me poser des questions sur mon engin. « yo no parlo Italiano »… Langage des signes, c’est parti. Marco, a type sympathique qui bosse dans le photovoltaïque, descend de sa moto pour prendre une photo et s’émerveiller devant la bête. « Ca marche vraiment ? »A la fin, il semblait convaincu !

Finally, I arrive at Riccardo’s place. He and his two wonderful daughters have a splendid house in Sona, west of Verona. It’s a little hilly, and the view is awesome. After grabbing a kebab, Riccardo kindly brings me visit Verona by night. Did you know? Verona has the second biggest arena in Italy, and is in much better shape than Rome’s. Concerts and Operas take place there quite regularly as a matter of fact. Then, we go visit the castell San Pietro, from which you can admire a wonderful view of the city. OK, I haven’t gone to Juliet’s house. But why not tomorrow?

Enfin, j’arrive chez Ricardo. Lui et ses deux filles magnifiques ont une très belle maison dans Sona, à l’est de Vérone. C’est un peu vallonné et a vue est top. Après avoir englouti un kebab, Riccardo m’emmène visiter Vérone de nuit. Le saviez-vous ? Vérone a la deuxième plus grosse arène d’Italie et est en bien meilleur état que le Colisée. Des concerts et des opéras y sont joués régulièrement. Puis nous allons en haut du Castell San Pietro, duquel on a une vue imprenable sur la ville. OK, je ne suis pas allée chez Juliet encore. A demain ?

DSC_9039

DSC_9038

FullSizeRender

FullSizeRender (2)

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email