Thierry : 6 jours résumés de son périple au Kazakhstan

Jour 28 : Je repars en direction Aktobe. J’arrive le soir dans le village de Kobda. Je recherche de l’eau dans une station service et là je rencontre 3 habitants dont un chauffeur de taxi. Je leur demande de me conduire à un hôtel pour avoir une chambre avec une douche. Mais ils sont tous complets. Il n’y a plus de chambre avec douche ( cela fait plusieurs jours que je ne me suis pas lavé! ) . Finalement ils m’invitent chez eux : je vais au hamam avec eux, puis je mange et je dors chez eux. Je ne pouvais pas faire meilleurs rencontre pour mon anniversaire !

Jour 29 : Depart de Kobda. Sur la route, la police m’offre une bouteille d’eau. Après un selfi, des habitants m’offrent des biscuits. Je revois les habitants qui m’ont hébergé la veille. Je passe par la ville très moderne d’Aktobe ( comme sur la route, c’est une occasions pour être filmer, photographier à de nombreuses reprises. Les kazakhes aiment vraiment mon vélo…ce qui peut créer parfois des situations dangereuses… ). Je m’arrete dans la steppe ( élevage extentif de mouton ) desormais légèrement vallonnée où je vais dormir.

 

Jour 30 : Le matin je vois le garde troupeau sur son cheval là où j’ai dormis. L’occasion d’un selphi. Je m’apperçois qu’un rayon est cassé dans la roue arrière, celle du moteur. Après 5311 km, c’est le premier problème technique sérieux. Le rayon s’est cassé dans la vis. J’ai un rayon neuf mais pas de vis de rechange. Je cherche dans la ville de khromtau. On m’a dit qu’il y avait un magasinier. Mais quand J’arrive il est fermé. Je trouve des rayon avec la vis mais pas de ce diamètre. Finalement je fais une réparation avec un rayon plus grand, en attendant d’avoir mieux. Le soir je m’enfonce à nouveau dans steppe. Je rencontres des travailleurs ouzbek. Ils font pousser des herbes aromatiques. Ils me permettent de dormir dans leur modeste habitats. Atmosphère très chaleureuses et nuit paysible à proximité d’une rivière.

 

Jour 31 : Après une séance de photos avec les travailleurs ouzbek, je reprends la route. Je passe par differents villages. L’occasion de selphi avec des enfants Kazakhe. J’arrive au village Kapaytac. Il faut alors choisir entre une route en direction d’Astana ( plus courte, plus plate mais assez mauvaise ) ou aller en direction de l’ancienne capitale Almaty. La météo me fait decider Almaty.

Jour 32 : Je me réveilles dans la steppe avec de la pluie et du vent fort et un ciel bien gris. Mais enfin, le vent est dans le bon sens : on atteint 30 km sans assistance et sur le plat! Seulement dans la soirée , le ciel redevient bleu sans nuages. Le sens du vent serait bon jusqu’à vendredi. La prochaine ville à atteindre est Aral à 235 km.

Jour 33 : Un ciel sans nuage. Je passe dans des dunes de sables sur lesquelles il y a juste quelques plantes. Sans elles, on se croirait dans le désert. Je m’arrete dans un restaurant au bord de la route. On me sert ce repas : du the noir, 2 oeufs, de la viande et du riz et toujours du pain blanc brioché ( on n’en trouve qu’une seule sorte ici ) et il coûte 25 centimes d’euro. Sur la route, j’ai la chance de croiser un troupeau de dromadaires. Je suis à 40 km d’Aral.

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email

2 Commentaires for “Thierry : 6 jours résumés de son périple au Kazakhstan”

benoit

dit :

tres jolies photos de la steppe kazakh, visiblement il y a encore moins de monde que sur ton plateau de Millevaches (je te taquine thierry) et bon anniversaire Bonne route

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *