Worth waiting for/ Parfois, ca vaut le coup d’attendre un peu!

Day 33 – 28/06/2015 – 55 kms – Ordu à Gerede
Total : 3924 kms

The next morning, it’s still raining quite heavily. Ismail recommends me not leave now and to wait until midday. It’s too dangerous on the roads from his point of view. So I follow his advice. Aishegul fixes me breakfast but I’m eating alone. They had their breakfast at three in the morning, before sunrise. I take advantage of this time to work on my posts. After lunch, the rain settles down and I decide that it’s time to go, although I don’t really want to. Before leaving the house, Aishegul offers me a “Nazar boncuk”, an evil eye amulet attached to a little golden bracelet, to ward off bad luck and bring me sun throughout my traveling. I am not superstitious but, at that precise moment, the sun suddenly comes out!

Le lendemain, la pluie tombe encore à grosses gouttes. Ismail me conseille d’attendre un peu avant de prendre la route. C’est trop dangereux sur les routes de son point de vue. Je suis donc ses conseils. Aishegul m’a préparé un super petit déjeuner mais je mange seule, car ils ont déjà pris leur petit déjeuner avant le lever du soleil, vers trois heures du matin. Du coup, j’en profite pour écrire un peu. Après le déjeuner, la pluie se calme et je décide qu’il est grand temps de repartir, bien que je n’en ai aucune envie. Avant de quitter l’appartement, Aishegul m’offre un « Nazar boncuk », une amulette contre le mauvais œil attachée à un petit bracelet doré, pour conjurer le mauvais sort et m’apporter du soleil sur la route. Alors, je ne suis pas superstitieuse mais à ce moment précis, comme par magie, les nuages se dégagent et laissent percer les premiers rayons de soleil de la journée.



As we had planned yesterday, I contact Omer and Seher that I will be leaving in thirty minutes. They show up in front of Ismail’s place twenty minutes later, with around fifteen volunteers, to accompany me on 1 or 2 kilometres! But how do these Turks organize themselves so quickly? Our little group rides in the streets of Bolu, escorted by Ismail’s car, his daughter sticking out the open roof and encouraging us. Omer’s team leave us at the city’s exit as they decide to head on towards an altitude lake for the day. Ismail’s family will stay with me for around ten or twenty kilometres more. Saying goodbye will prove to be really difficult. No doubt this is only the beginning of a strong friendship. The whole family know they are invited whenever they want to London and I really hope they won’t miss out!

Comme prévu, je préviens Omer et Seher que je partirais dans trente minutes. Ils me répondent un simple « OK » et je les retrouve vingt minutes plus tard, au pied de l’immeuble d’Ismail avec une quinzaine de volontaires pour m’accompagner sur 1-2 kms. Mais comment font-ils pour s’organiser si vite ? Notre petit groupe déambule dans les rues de Bolu, escorté par la voiture d’Ismail. Betgul sort du toit ouvrant et nous encourage. La bande d’Omer me quitte à la sortie de la ville et décide de prolonger la journée à un petit lac d’altitude non loin de la ville. La famille d’Ismail, elle, me suit sur dix ou vingt kilomètres supplémentaires. Les adieux seront particulièrement difficiles. Nul doute que ce n’est que le début d’une belle amitié. La famille au grand complet sait qu’elle est la bienvenue à Londres, et j’espère vraiment qu’ils viendront !




I continue climbing the mountains towards Gerede. On the way, I am offered pide with Turkish cheese by a gas station attendant. I savour this kind gift contemplating the gorgeous mountains. Omer had told me he had some friends in Gerede that could help me find a place to sleep. When I arrive, Ahmed is already waiting at the old Belediye (town hall). He guides me to my hotel. Hotel? I thought I was staying at someone’s place! No, actually, Omer has friends in higher positions than I thought: the town mayor decide to invite me to the best hotel in town! As I enter my room, I am once again amazed at how nice it is. The hotel is a very old Persian style building with wooden arches above every door. At nine pm, I meet for dinner with the finance manager of the town hall, all dressed up in a smart suit, accompanied by an old cop with a large moustache. The finance manager is very happy about being able to practice his English, he has even brought his English notebook along! Dinner is spent reciting cliché school sentences such as “What books do you read?”. I wouldn’t do this everyday but because this was a one time experience, it was rather fun and touching. The old cop wasn’t really participating to the conversation, but when I start talking about my experience in the army, he takes interest and seems to understand just as much as his studious friend. Language barrier has once again been defeated by mimes and onomatopoeias!

Je continue donc à grimper en direction de Gerede. En chemin, un pompiste m’offre une pide et des fromages turcs que je dégusterais tout en contemplant la superbe vue sur la montagne. Omer m’a dit qu’il avait des amis à Gerede qui pourraient m’aider à trouver un endroit où dormir. Quand j’arrive, Ahmed m’attend près de la vieille Belediye (mairie). Il me guide jusqu’à mon hôtel. Hôtel ? Je pensais que j’allais chez quelqu’un ! Et ben non, Omer a des amis mieux placés que ce que je pensais : le maire m’invite dans le meilleur hôtel de la ville ! Quand je vois ma chambre, je suis vraiment sur le cul. L’hôtel est situé dans un vieux bâtiment perse avec des arches en bois travaillées au-dessus de chaque porte. A neuf heures, je retrouve le responsable financier de la mairie, vêtu d’un costard très smart, et un vieux flic moustachu. Le responsable financier m’explique qu’il apprend l’anglais et sort son livre de cours devant lui. Je passerais la soirée à faire un cour d’anglais. Bon une fois, c’était rigolo et très attendrissant de voir ce grand gaillard me réciter des phrases du style « What books do you read ? », mais je ne le ferais peut être pas tous les jours. Le vieux flic ne disait pas grand-chose. Au début, ça avait plutôt l’air de l’emmerder d’être là mais au bout d’un moment, il se prend au jeu et il comprend quasiment autant que son copain studieux alors qu’il ne parle pas anglais du tout. La barrière de la langue vaincue une fois de plus par des mimes et onomatopées !

Reminder: C’mon guys, less than 2 weeks to go !

As of today, 5885 kms (of which 360 not on leetchi) have been sold for Electriciens sans frontières’s project in Ethiopia! Thank you so much to all that have contributed. I have currently overpassed 6000 kms! Only 3115 kms left to buy to guarantee a better access to water and health services to 750 people for the 10-15 years to come. I’m counting on all of you, family, friends, colleagues, and other supporters of my cause, to partake, at your level, to this collectif effort. To donate, follow this link: https://www.leetchi.com/c/solidarite-alstom-foundation-project .

Rappel : Allez les gars, il nous reste moins de 2 semaines! 

A ce jour, 5885 kms (dont 360 hors leetchi) ont été vendu pour le projet d’Electriciens Sans Frontières en Ethiopie ! Merci du fond du cœur à tous ceux qui ont contribué. J’ai pourtant déjà dépassé les 6000 kms! Plus que 3115 kms à acheter pour offrir à 750 personnes un meilleur accès à l’eau et aux soins pour les 10-15 prochaines années. Je compte sur vous, famille, amis, collègues et autres supporteurs de la cause, pour participer chacun à votre niveau à cet effort collectif. Pour participer, suivez ce lien : https://www.leetchi.com/c/solidarite-alstom-foundation-project .




J'aime, je partage ! *** If you like it, share it!
Share on Facebook
Share on Google+
Tweet about this on Twitter
Pin on Pinterest
Share on LinkedIn
Share on VK