Vélo solaire : mode d'emploi

Bien connaître sa machine, pour réussir son Sun Trip.
  • Accueil
  • Vélo solaire : mode d’emploi

Sun Trip et vélo électrique-solaire : connaître son engin 

par Christophe Bayard, chargé de mission technique.


Envisager un long voyage comme le Sun Trip en véhicule électro-solaire demande un certain nombre d’exigences pour tenter de minimiser les désagréments inhérents à un tel périple. Il est notamment nécessaire d’avoir testé le plus possible le véhicule avant le voyage pour que les petites pannes « de jeunesse » aient eu le temps de se déclarer (et d’être résolues). Ensuite, une fois dans le grand bain, on est livré à soi-même et il est nécessaire de connaitre un minimum les aspects techniques de son véhicule afin de pouvoir se dépanner si besoin. Dommage en effet d’être bloqué avec un véhicule en panne alors que la panne est peut-être minime et facilement réparable avec les moyens du bord.

Dépanner son véhicule nécessite 3 choses essentielles :
-savoir comment ça fonctionne
-comprendre ce qui ne fonctionne plus (diagnostic)
-avoir de quoi réparer ou shunter ce qui est en panne.

Les aspects mécaniques sont souvent plus évident y compris pour le novice notamment parce qu’ils sont « visibles ». De plus, il est généralement assez courant de trouver de l’aide locale sur les aspects mécaniques.
Concernant les aspects électriques, c’est souvent plus difficile à la fois pour l’utilisateur car bien souvent, la panne n’est pas « visible » : rien ne bouge, dans l’aspect électrique ; mais il est également plus difficile de trouver de l’aide locale.
Voici donc venu le moment de se pencher sur le « plat de nouilles » du câblage électrique de votre véhicule afin de pouvoir répondre au premier point : « savoir comment ça fonctionne ». Pas de panique, rien de compliqué mais la connaissance du système va commencer par tenter d’avoir une vue globale du fonctionnement puis ensuite d’approfondir quelques détails.


Eléments constitutifs principaux d’un VAE :

Le moteur peut se trouver dans le moyeu de la  roue avant, de la roue arrière ou dans le pédalier. C’est le moteur qui fournit la puissance de l’assistance.

Le contrôleur de moteur est un boitier électronique qui converti la puissance issue de la batterie pour la délivrer au moteur suivant un certain nombre de paramètres comme le niveau d’assistance, la vitesse de pédalage, la vitesse du vélo, la force d’appui sur les pédales, etc.  Chaque marque et chaque contrôleur gère de manière différente le transfert de puissance entre la batterie et le moteur.

Le contrôleur de moteur a besoin de capteurs pour savoir comment réguler la puissance du moteur. Les principaux sont : le capteur de pédalage (appelé Pedelec), le capteur de vitesse du vélo, les boutons de réglage d’assistance et parfois une commande manuelle (gachette). La plupart des VAE possèdent également un indicateur au guidon (et/ou cycle-analyst) donnant des informations sur la vitesse, le niveau d’assistance, le niveau de batterie, etc…

La batterie est un élément clé de l’assistance électrique. C’est le réservoir d’énergie. Elle peut être placée à différents endroits sur le VAE. Pour la recharge de la batterie, on utilise soit un chargeur solaire qui tire son énergie des panneaux photovoltaïques soit un chargeur secteur branché sur une prise de courant domestique.


Tous ces éléments sont reliés entre eux par du câblage électrique. Le câblage électrique  est une source de panne assez courante. En effet, un connecteur peut se débrancher sous l’effet des vibrations ou lorsque l’on a involontairement tiré sur un câble. L’eau de pluie peut s’immiscer dans les connecteurs et provoquer des pannes. Un câble peut être pincé entre 2 éléments et se couper ou créer un court-circuit entre 2 fils, etc. etc.

Il est donc très important d’avoir un « état des lieux » du câblage de son véhicule au départ afin de pouvoir intervenir en cas de panne.

L’état des lieux est matérialisé  par un SCHEMA ELECTRIQUE.


Je vous invite donc à faire un schéma électrique des équipements électriques de votre véhicule.Ce schéma sera votre meilleur allié lors d’une panne :
-il permet de se remettre en mémoire le fonctionnement (on ne peut pas se rappeler de tout)
-il permet de vérifier que tout est conforme à la situation initiale
-il permet de se faire comprendre d’une aide locale ou à distance par téléphone
-il permet de trouver des solutions pour modifier le fonctionnement et se passer de certains éléments en panne.

Pour réaliser un schéma (voir exemple ci-dessous), il faut suivre les câbles, fils et connecteurs entre les différents éléments, les identifier et les représenter sur le schéma pour que ce dernier soit conforme à la réalité. Ça demande un peu de temps mais ce temps sera précieux pour comprendre le fonctionnement et pouvoir réparer facilement si besoin.

Quel niveau de détail faut-il ? Dans la plupart des cas, le niveau de détail suffisant pour des dépannages simple correspond à ce qui s’appelle un schéma « unifilaire ». Cela signifie que l’on représente uniquement chaque câble qui va d’un élément à un autre ou d’un connecteur à un autre mais sans représenter chaque fil à l’intérieur du câble. Il est conseillé cependant de distinguer les câbles de « puissance » (ceux qui transportent l’énergie) et les câbles de « commande » (ceux qui transmettent uniquement des informations). On peut également indiquer pour chaque connecteur soit le type de connecteur soit au moins le nombre de broches et le genre (mâle ou femelle). Si des connecteurs ne sont branchés à rien, il faut cependant qu’ils soient représentés sur le schéma pour ne pas risquer de créer une panne supplémentaire en y branchant quelque chose de non prévu lors d’une recherche de panne. Les fusibles sont des éléments très importants qu’il faut répertorier sur le schéma en indiquant leur calibre (en A). plus le schéma sera détaillé, plus il donnera de renseignements mais il sera également plus long et plus difficile à réaliser. Un schéma sous forme informatique n’est pas indispensable. Un schéma à la main est suffisant s’il est clair et bien organisé.

A vos schémas !

Christophe BayardChargé de mission technique (tech@thesuntrip.com) 


Retrouvez les 40 vélos solaires
du Sun Trip le plus incroyables sur : cette page


Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre notre actualité.
The Sun Trip utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage).