Vélo solaire : mode d’emploi par GEO

Retrouvez ici un extrait du reportage consacré par GEO Aventures au Sun Trip 2018, avec un mode d’emploi du vélo solaire ! A lire aussi sur ce lien.


Le panneau solaire

Destiné à alimenter la batterie, il se fixe sur le vélo ou sur une remorque. D’une surface de 4 m2 maximum pour le Sun Trip 2018, le panneau solaire est léger (moins de 3 kilos pour certains modules), mais fragile, faute de protection.

La batterie

Ce petit boîtier est le réservoir d’énergie qui se remplit par le solaire et permet d’alimenter le moteur du vélo. Tout comme celle d’un engin électrique, elle se recharge aussi avec une prise électrique.

Le chargeur solaire

Cette pièce, que l’on appelle aussi convertisseur ou booster, permet de transformer la tension produite par les panneaux solaires en tension de charge pour les batteries. L’objectif : éviter les surcharges.

Le contrôleur

Ce boîtier électronique régule la puissance du moteur en fonction de l’information qu’il reçoit du capteur pédalier ou de la poignée d’accélérateur. On l’appelle aussi variateur.

L’ordinateur de bord

Il en existe en général deux : un, comme pour le vélo électrique, pour contrôler la puissance et la consommation de la batterie, et un second pour mesurer la production d’énergie sur une journée.

Le moteur

Alimenté par la batterie, le moteur peut être placé soit sur le vélo, soit sur une remorque qui, dans ce cas, pousse le deux-roues pour le faire avancer.

En option, la remorque

Très pratique, elle permet de fixer sur le dessus un panneau solaire, et d’accroître ainsi l’autonomie du vélo. Elle offre aussi la possibilité de ranger plus de 40 kilos de bagages. Chez Sun Travel, le modèle de base coûte 1 490 euros.

Dans les rayons du soleil, un article paru dans le magazine GEO Aventure n° 5 (janvier – mars 2019).

J'aime, je partage! *** Sharing is Caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on VK
VK
Email this to someone
email