Sun trip , le monde à vélo solaire !
Le Sun Trip l’aventure à vélo solaire
Des aventuriers en vélos solaires, un parcours en itinéraire libre ! A l’image d’un «Vendée Globe terrestre», le Sun Trip écrit une nouvelle page dans le monde des grandes aventures.

The Sun Trip est une vitrine des nouvelles formes de mobilités. Chacun des aventuriers est ainsi un ambassadeur du solaire et de l’eco-mobilité, en prouvant leur efficacité et leur dimension humaniste.
Suivez-nous
Blog des Suntrippers

Interview des reporters, Sophie et Jérémy

Association du Sun Trip Association du Sun Trip

Ils sont les yeux du Sun Trip sur cette édition européenne 2021, Sophie Planque et Jérémy Vaugeois, journaliste, preneur d’image, voyageurs expérimentés (auteurs notamment d’un fantastique Alaska-Patagonie à vélo), sont dans la roues des SunTrippers depuis le départ du prologue à Lyon, le 1er juin.

Bien sur ils ne suivent pas l’aventure à vélo, mais l’effort reste intense pour eux, à bord d’un van de notre partenaire Vanaway, le seul véhicule embarqué sur l’aventure. Aussi après un mois et demi de route il semblait intéressant de prendre leur regard, sans langue de bois.

Merci pour leur engagement et merci pour tout ce qu’ils apportent au projet, au-delà des images.


Comment allez-vous ? Un peu de fatigue depuis le début du Sun Trip à Lyon le 1er juin ?

Jules Renard disait qu’un cerveau bien soigné ne se fatigue jamais. Car il s’agit bien de fatigue mentale et non physique nous concernant. Laquelle est plus harassante ? Faut-il même comparer ? Chacun décidera selon ses sensibilités et son vécu. Mais il est certain que la fatigue physique s’estompe, elle. Bien plus simple à adoucir et à entretenir. Quand le physique n’est plus, le mental lui reste ! Pour nous, c’est plutôt l’inverse, le stress, la nécessité d’avancer plus vite que les autres et l’envie de partager au mieux ce périple nous harasse.

Aujourd’hui, nous sommes en Croatie, au bord de la rivière Drave face aux catacombes. Nous nous étonnons chaque jour de voir que même en van il est parfois difficile, voire impossible de rattraper certains. Alors oui, sans rougir, nous osons te dire que nous sommes fatigués et qu’il est aujourd’hui difficile de se reposer. Mais c’est ce que nous avons choisi ! Et nous sommes heureux de poursuivre l’aventure encore jusqu’au 1er aout afin de suivre l’effort physique et mental des participants du Sun Trip. En partageant la route, nous avons également l’impression de partager les peines, les difficultés, les joies de certains. Pour avoir vécu cela sur la route de notre côté, nous comprenons et sommes pleins d’empathie. Parfois, la vue de notre van soulage, car nous n’apportons pas qu’une caméra mais aussi de la bienveillance, du soutien moral, un peu de chocolat, de la bière, de l’eau, et des câlins. Cela compte aussi. En espérant que cela n’entrave pas l’idée du « 100% sans assistance » !

En tant que voyageur à vélo, qu’est-ce qui vous marque le plus dans votre immersion Sun Trip ?

Avec Jérémy nous sommes partagés sur ce point. A suivre, entendre et voir évoluer les participants nous voyons autant du positif que du négatif.

Pour commencer par le positif, ce qui nous marque le plus c’est bien évidemment la vitesse à laquelle tout le monde file ! Même les moins rapides du tour. Nous sommes assez impressionnés par les kilomètres avalés avec tant de facilité, en cela, c’est assez extraordinaire. Il y a un grand point précurseur dans ce que tu entreprends avec l’association, l’entreprise du Sun Trip et tous les participants. Vous construisez ensemble quelque chose de fort, chaque profil apporte au mouvement sa singularité et sa vision de cette pratique pionnière. C’est très intéressant de voir à quel point les profils sont divers, les approches parfois radicalement différentes. C’est un magnifique vecteur social également, on le voit au quotidien dans le regard des locaux. Tout comme le vélo de voyage classique, il y a un intérêt toujours prononcé à se demander où vont-ils ? Que font-ils ? Pourquoi ?

Mais en bon voyageurs à vélo « musculaire » que nous sommes tous les deux, nous voyons surtout la limite de cette pratique car nous sommes tous deux passionnés de la poudre d’escampette ! Nous concevons le voyage à vélo hors des routes, des sentiers battus, pour aller se perdre dans des chemins, la caillasse, le reculé. C’est là que nous y trouvons notre intérêt. Aller là où la voiture et le moteur ne le peut pas. Et c’est là que nous y découvrons le plus précieux. C’est aussi une philosophie de vie. A quoi bon aller plus vite à vélo quand on veut faire l’éloge de la lenteur au quotidien et pas juste dans un voyage ? C’est un peu une allégorie de la vie. Il y a urgence à ralentir. Avec Jérémy, on ne choisit pas le vélo pour aller plus vite, comme une voiture, mais bien au contraire pour accepter les éléments, la lenteur et redéfinir notre échelle humaine dans ce grand tout.

Dans le Sun Trip, on a presque donc l’impression de trouver une sorte de balance, d’équilibre. Mettre en avant la mobilité douce et accessible à tous et en même temps prouver les grandes capacités de ces engins solaires. Maintenant, on serait curieux de voir où peut aller Mac Aventure par exemple avec son vélo tout terrain ! La route est dangereuse, on le sait toutes et tous, et malheureusement le Sun Trip le prouve aussi… Et si demain on pouvait tous avoir des vélos solaires tout terrain ? Un Sun Trip des grandes traversées montagnardes ! On en veut !

Vos 3 meilleurs moments de reporter sur ce mois et demi ?

Le premier qui nous vient en tête est notre tournage dans la forêt de Białowieża en Pologne, à la frontière biélorusse. Nous avons rejoint Pirmin et Alessandra là-bas au cœur du parc national du même nom, Białowieża. C’est dans ce parc que se trouve la dernière forêt primaire de plaine d’Europe. Sanctuaire des bisons sauvages d’Europe. La partie polonaise du parc national en compte 800, il y en a un peu moins côté biélorusse. Nous sommes partis filmer ce coin de paradis avec le couple suisse et ensuite, lorsqu’ils sont partis au matin, nous avons décidé de rester y faire des images et d’attendre la nuit pour partir à l’affût. Nous ne voulions pas passer par là sans tenter d’observer les rois de ces bois. Alors nous nous sommes levés à 2h du matin et sommes partis avec Radek, un guide et biologiste du parc national. Il nous aura suffi de 20min pour commencer à voir des formes se mouvoir à travers champs à l’orée de la forêt. Des cerfs, une quinzaine, puis des bisons. Le soleil s’est levé vers 3h30 du matin parant les champs d’une brume dorée irréelle. La plénitude. L’instant était magique, si éphémère, nous en avons gravé chaque seconde dans nos mémoires et nos cœurs. Le décor, ces arbres, ces ombres, ces blés de velours, et ce souffle que l’on entendait si bien à 15 mètres à peine. Leurs dos qui fumaient. Les centaines de moustiques qui nous dévoraient les parties de peaux non recouvertes n’étaient que de futiles détails. C’était beau. Ça l’est toujours.

Ensuite, il s’agit d’un souvenir tout frais que nous venons de vivre avec Stéphane Bujadoux à Alba Julia. Nous étions arrivés samedi 11 juillet pour y monter le nouvel épisode de la semaine avec comme idée de passer notre jour de repos hebdomadaire dans cette vieille ville fortifiée et classée. Des soucis de montage, des bugs et la fatigue accumulée ont fait que le montage a duré tout le weekend débordant sur le jour de repos et le lundi ! MAIS ! Stéphane a fait le choix de nous retrouver à Alba Julia et le dimanche matin, avant de reprendre le montage, nous sommes partis nous balader en ville, caméra sous le coude. Sait-on jamais. En chemin, nous passons devant une église orthodoxe, la messe est dite. Les chants résonnent dans tout le quartier, les gens prient de partout, on se sent enveloppés, on se sent si chanceux de pouvoir témoigner d’un moment de vie très fort. Stéphane est ému aux larmes, nous aussi. Nous nous serrons dans les bras, nous partageons ensemble ce moment, la caméra tombe. On la reprendra plus tard. Place à l’instant.

A la volée, sortis de l’Église, j’interview brièvement Stéphane encore ému. Le son n’est pas parfait, tant pis, mais c’est beau. Et puis je retourne à mon montage et mes bugs. C’était éphémère et grandiose. Le bonheur quand il est partagé a plus de sens, toujours !

Et enfin, puisque tu nous demandes d’en citer 3, nous pensons bien évidemment au départ officiel de Bruxelles. Pas tant pour le côté officiel, mais pour l’émotion dégagée. Chacun avec ses rêves, ses objectifs, ses convictions. C’était magique de voir une telle communion et un tel élan solidaire. Lorsque nous sommes partis et revenus d’Alaska Patagonie, nous étions seuls sur le chemin, seuls sur la ligne de départ et d’arrivée deux ans et demi durant. Là, la force du groupe a résonné. C’est ce qui maintient le moral de certains en ce moment et à qui l’on pense très fort. A celles et ceux qui éprouvent de la difficulté à avancer aujourd’hui, pensez à ces instants de partage et pensez que vous êtes un groupe ! Malgré l’éloignement, malgré le géoracing qui peut perturber, vous êtes ensemble ! Et c’est magnifique. Courage !

Un mot sur l’Europe que vous voyez ?

Il est quelque peu difficile de répondre à cette question tant nous filons à une vitesse folle ! Nous avons traversé la Slovaquie en 2h, la Hongrie également ainsi que la Serbie de cette manière. Nous avons une vision biaisée, d’un van, coupés d’une certaine réalité. Cependant, ce que nous voyons, c’est une Europe coupée en deux. Une partie très préoccupée par la situation sanitaire, l’autre, beaucoup en paix avec le virus qui n’a pas été autant impactée. Les paysans, les villages, les montagnes, mais où est donc le virus ? Dans les hôpitaux certainement que nous n’avons pas visité, mais pas dans les bouches, pas dans le quotidien des habitants qui vivent depuis longtemps avec peu, de l’agriculture et non d’une société de services.

Nous découvrons une Europe via les grandes routes et axes principaux, très agricole, très (trop) cultivée ? Nous n’avons pas vu un arbre dans le nord de la Serbie. Que des champs et les prémices d’un futur désert.

Concernant les autochtones, nous témoignons parfois de regards méfiants, le covid est toujours là. Notre plaque d’immatriculation française peut effrayer. Et parfois, le virus s’évanouit et les relations sont comme « avant ». Des regards francs, des échanges simples, et la volonté toujours de se dire que nous sommes voisins et amis. L’Europe est une chance, fragile et perfectible, mais elle est encore debout.

Enfin, parlez-nous de votre vie à bord du van de chez Vanaway ?

C’est la première fois que nous vivons aussi longtemps dans un van et qui plus est pour travailler. Nous sommes bien contents d’avoir un van tout équipé pour pouvoir travailler n’importe où et dormir relativement paisiblement. Ce n’est en revanche pas évident dans nos conditions de travail de trouver un lieu adéquat et calme pour dormir, cela nous prend parfois une heure pour trouver un spot dodo. Mais cela fait partie du chemin !

En voyageurs à vélo convaincus, nous avons l’impression d’être coupés du monde extérieur avec notre clim que nous allumons parfois et le manque de ressenti des éléments. Quand on goute au vélo, difficile de voyager autrement. Mais cela aurait été impossible de suivre le rythme des suntrippeurs à vélo ! Alors le van est un superbe outil de suivi ! Avec lui nous avons observé des bisons, un ours, des élans, des cerfs, des renards, filmés une bonne flopée de cyclistes, endurés des tempêtes bien costauds, traversé de nombreuses frontières et cuisiné de magnifiques repas ! Ce que l’on continue de faire d’ailleurs, j’ai des pommes de terre au frais que je vais rissoler avec un peu de tofu et des tomates de Roumanie ! On risque de délaisser un peu la cuisine quand on arrivera en Italie pour célébrer le jambon d’Aoste, le prosciutto, la burrata et autres pizzas divines !

Merci et bonne continuation !

 

Ça vous a plu ? Partagez l'aventure du Sun Trip

Répondre

Les informations recueillies sur ce formulaire font l’objet d’un traitement par The Sun Trip aux fins [A COMPLETER]. Vos données sont destinées à The Sun Trip, et ne sont pas transmises à des tiers. Elles sont conservées pendant [A COMPLETER]. Conformément à la loi « Informatique et libertés » modifiée et au Règlement Européen sur la Protection des Données Personnelles vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer, ou vous opposer au traitement de vos données pour des motifs légitimes, en nous contactant sur notre formulaire de contact. Vous disposez également d’un droit à la limitation du traitement de vos données, ainsi que d’un droit à leur portabilité si les conditions sont réunies. Vous pouvez également introduire une réclamation relative au traitement de vos données auprès de la CNIL.

Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre notre actualité.
The Sun Trip utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage).