Françoise Denel

 

– 69 ans –

Médecin retraitée, Françoise compte déjà de grands voyages en solo en vélo à son actif dont une traversée de l’Amérique du Sud.
Atteinte d’une neuro-myopathie rare elle portera aussi sur le Sun Trip les valeurs du dépassement de soi.
Françoise a découvert le vélo solaire grâce au Sun Trip Tour 2017 et ce mode de locomotion est devenu pour elle un synonyme de vélo libre. S’entraînant dans les cols du Diois (Drôme) chaque jour elle progresse dans la compréhension et le maniement de cette belle machine avec laquelle bientôt elle ne fera plus qu’un. Aimant les défis elle n’a pu résister à tenter cette superbe aventure.


Son vélo solaire :

Vélo : Vélo sur mesure de Vagabonde Cycles avec freins à assistance hydraulique pour pallier au manque de force et au risque de paralysie.
Moteur: Équipée par Declic Eco d’un moteur RH205 (8 rpm/volt, injection satorade, sonde température), transmission 10V 38X11/42, contrôleur FOC, CAV3 régénère variable + potar, PAS + accélérateur.
Batteries: 2 batteries 48V 11A 1085Wh
Panneaux solaires: remorque Sun Travel avec panneau solaire de  220Wc plus panneau solaire dépliable à l’arrêt de 120Wc.


Quelques mots de l’aventurière…

Un vrai bonheur de fêter mes 70 ans pendant le Sun Trip 2018 ! J’aime le vélo, les voyages, la montagne, la nature (plus que tout), écrire, peindre et tant d’autres choses, la vie quoi…
J’ai beaucoup de voyages à vélo à mon actif : une semaine par an avec mes enfants, puis un mois par an pendant les vacances (St Jacques de Compostelle,Turquie, Thaïlande, Madagascar, Mexique, et la France ici ou là).

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours dit qu’à la retraite (je suis médecin), je ferai le tour du monde en vélo… Je le fais en tronçonnant, continent après continent ! Pour commencer, l’Amérique du Sud, de Caracas à Ushuaïa en vélo, en solo et en autonomie, avec un sommet dans chaque pays, 19 mois de voyage, 19 mois de bonheur…

Puis, la Nouvelle Zélande, le Vietnam, le circuit des trois mers (Mer Méditerranée, Atlantique, Mer Noire) et cet été j’ai avalé des cols (la traversée du Vercors, de la Chartreuse et la route des Grandes Alpes).

Je suis minuscule (1,52 m) et ne pèse que 50 kg, paraît-il que c’est un avantage… J’ai la particularité d’être atteinte d’une neuro-myopathie rare. On n’en meurt pas, mais ça pourrit la vie et cela m’a valu un zéro en gymnastique au Bac, une revanche à prendre…

Cette maladie n’est pas évolutive, telle je suis née telle je mourrai. Elle touche les muscles soumis à la volonté (les muscles respiratoires et cardiaque sont épargnés), donc on n’en meurt pas. Je dois m’entraîner dix fois plus que les autres pour arriver à un résultat moindre. Si je force, mes muscles lâchent et si j’insiste, je me retrouve par terre incapable de me relever. Cela peut durer plusieurs jours avec des courbatures atroces, puis tout rentre dans l’ordre. Autre élément déclencheur : le froid au contact des muscles (une température inférieure à 25° dans l’air, 28°dans l’eau) est à l’origine ou accentue le trouble. Inversement l’eau bouillante en cas de paralysie permet une récupération plus rapide. Le tout est accompagné d’une légère hypertrophie musculaire qui vous fait paraître belle et athlétique. C’est ce qu’on appelle un handicap invisible.

Mais ne vous inquiétez pas, amis Suntrippeurs et suiveurs, je gère et si vous voyez passer un bibendum alors que vous transpirez à mourir, ne vous moquez pas et dites-vous que paradoxalement, moi aussi je transpire…

Avantage de cette maladie : un mental à toute épreuve, une énergie débordante, une immense soif de vivre et de réussir, une passion qui m’anime toujours, le bonheur de savourer chaque instant… Ah oui aussi je rigole tout le temps !

Le vélo solaire ? Voyager libre…

J’allais oublier le principal : mes principaux supporters : mes 3 enfants et leurs conjoints, mes 5 petits-enfants.